Dans le cadre de la Semaine franco-ontarienne, le CRCCF présente une conférence d’Anne Gilbert La frontière asymétrique : Franco-Ontariens et Anglo-Gatinois

Publié le mardi 8 avril 2014

Les minorités linguistiques de Gatineau-Ottawa jouiraient d’une localisation privilégiée. À proximité d’espaces majoritaires, leurs membres n’auraient qu’à traverser la frontière Québec-Ontario pour avoir accès à toutes les ressources nécessaires pour vivre dans leur langue et transmettre leur culture. Une analyse qualitative du discours que les Anglo-Québécois et les Franco-Ontariens tiennent au sujet de leur vie quotidienne dans la région de la capitale nationale montre toutefois que la frontière a des effets plus complexes, multiples et souvent contradictoires. Quatre types de manifestations de la frontière seront évoqués :

1) la frontière est transparente dans certains contextes et opaque dans d’autres ; 2) on transcende la minorisation en utilisant la frontière de façon stratégique ; 3) la géographie polytopique qu’elle induit crée sur le plan de l’imaginaire un territoire aux formes inédites, danslequel la frontière se fait souvent portative ; 4) la frontière peut enfin être spéculaire quand la rencontre qu’elle suscite met les Anglo-Québécois et les Franco-Ontariens face à une interrogation identitaire qui ne serait sûrement pas aussi profonde en son absence.

La comparaison des minorités anglo-québécoise et franco-ontarienne permet de mettre en lumière le caractère asymétrique de la frontière qui a la plus forte charge symbolique au pays, sur les plans du vécu quotidien, desidentités et des appartenances.

Antoni Lewkowicz, doyen de la Faculté des arts, présentera Anne Gilbert, professeure titulaire au Département de géographie et directrice du Centre de recherche en civilisation canadienne-française de l’Université d’Ottawa.

Haut de page