Un dernier mot...

Publié le mercredi 29 juin 2016

Voilà, déjà une année de passée au CRCCF! Que le temps a passé vite!  Les projets n'ont pas manqué, les collaborations non plus. J'ai voulu par ce blogue partager avec vous des réflexions plus personnelles sur notre rôle et sur des enjeux d'actualité. L'infolettre électronique s'inscrit aussi dans une volonté de meilleure communication de ce que nous faisons et qui nous sommes. J'aimerais poursuivre dans cette direction à mon retour.

Quand j'ai été recruté, j'avais indiqué que je serais éligible à un congé universitaire en 2016-2017. Si je croyais au départ être en mesure de reporter d'une année, je me suis aperçu que ce n'était pas le cas. Ma santé ne le permettait pas. J'ai donc plutôt choisi de me prévaloir de cette possibilité. Anne Gilbert, qui connait bien le poste pour l'avoir occupé avec brio pendant 5 ans, a accepté d'assurer l'intérim. Je l'en remercie sincèrement. Merci aussi à la Faculté des arts et son nouveau doyen, Kevin Kee, qui appuient nos travaux et nos initiatives.

Les chaires de la francophonie contribuent activement aux recherches menées au Centre. Merci à Joël Beddows, qui s'en va diriger le théâtre français de Toronto. Merci à Lucie Hotte, professeure de l'année 2016 à la Faculté, qui revient de son congé universitarie avec plein d'idées. Merci à Michel Bock, infatigable chercheur en histoire, qui connaît nos archives comme pas un. 

Outre les rendez-vous du CRCCF, j'ai trouvé que les deux temps forts de l'année furent le colloque étudiant et le colloque annuel. Chacune de ces deux occasions a donné lieu à des échanges et des études intéressantes et stimulantes. La relève est là et les chercheures et chercheurs chevronnés aussi. Un des faits saillants pour le Centre fut l'obtention du contrat pour produire un musée virtuel sur les 150 ans de présence française à Ottawa.  Anne Glibert  a piloté la demande. Hughes Théorêt, doctorant, est déjà à pied d'oeuvre, avec une équipe et les membres du personnel, pour concrétiser le projet.  Valeur totale du contrat : plus de 200,000$. Lancement prévu : automne 2017. Impressionnant. La diffusion des connaissances recueillies au Centre passe de plus en plus par l'informatique.

Le personnel a été d'un accueil et d'une courtoisie exemplaires et je les en remercie. Ce sont des professionnelles et des professionnels dévoués à leur travail et qui ont a coeur le succès du Centre. 

Un congé universitaire, contrairement à la croyance populaire, n'est pas une année de vacances. C'est plutôt une année où les intellectuels et intellectuelles que nous sommes prennent du recul, lisent, écrivent, préparent des projets qu'ils et elles pourront mener à bien ensuite. Pour ma part, cela fait plusieurs années que je dis que je vais écrire un livre qui va regrouper mes meilleurs articles. Le moment est venu de démarrer ce projet, et d'en préparer d'autres dont je vous laisse la surprise.Une chose est certaine, ce n'est pas le travail qui va manquer, ni les voyages. Mais on risque de moins me voir dans les réunions et les activités courantes. J'ai bien l'intention de revenir en juillet 2017 pour fêter "universitairement"  les 150 ans de la confédération canadienne et les 60 ans du CRCCF en 2018.

D'ici là, bon été et bonne année universitaire!

Pierre Foucher, directeur jusqu'au 30 juin 2016

Haut de page