Chantier Ottawa

Volet Géographie - Milieux

« La seule chose qu’ils ont en tête ce sont des routes pour les voitures, pas des maisons pour les gens »-
Une habitante de la Basse-Ville, dans une lettre datée du 25 juillet 1969 où elle s’opposait au plan de rénovation urbaine initié par la Ville d’Ottawa.

Consultez la vidéo où Caroline Ramirez, doctorante en géographie, évoque les échanges entre les différents volets du Chantier et nous parle de ses recherches.

Consultez la chronologie : La transformation de la Basse-Ville Est d'Ottawa.

La perspective

Parmi les haut-lieux de la présence française à Ottawa, la Basse-Ville occupe une place particulière. L’objectif du volet géographie est de faire l’histoire des transformations qui ont touché le quartier, au cours des années 1960 et 1970. Deux processus géographiques retiendront l’attention, à savoir la rénovation urbaine par laquelle la Basse-Ville Est a pris un visage complètement nouveau, et la gentrification qui a touché la Basse-Ville Ouest. Trois acteurs urbains seront au centre de l’attention, soit la ville, la population francophone et ses organismes, ainsi que les médias.

Le but de la recherche est d’analyser les modulations réciproques des transformations du cadre bâti dans la Basse-Ville d’Ottawa et de l’émergence de nouvelles façons de « faire communauté » au sein de la francophonie locale. La mémoire qu’en ont les résidents est au cœur de la recherche à laquelle s’est associée deux organisations de défense du quartier, l'Association communautaire de la Basse-Ville et le Groupe de travail de l’Avenue King-Edward.

Les projets

Le volet géographie du projet Ottawa implique une équipe de chercheurs, parmi lesquels des géographes (Anne Gilbert et Kenza Benali), une politologue (Caroline Andrew) et des assistants de recherche). Caroline Ramirez, doctorante en géographie, coordonne la collecte de données en plus de préparer une thèse sur la rénovation de la Basse-ville telle que vécue par ses résidents. Jacques Faucher et Hélène Beauchamp collaborent à ce volet du Chantier. Différents projets sont menés, en parallèle.

  • La chronologie des événements Il s'agit de la reconstitution des grandes étapes du réaménagement de la Basse-Ville durant les années 60 et les années 70, en lien avec le contexte plus large d’aménagement de la Capitale fédérale, depuis le Plan Gréber jusqu'aux initiatives plus ponctuelles prises dans les différents secteurs de la BV par les divers acteurs impliqués (CCN, gouvernements provinciaux, ville d’Ottawa, développeurs, acteurs communautaires). Nous identifierons les transformations apportées au réseau routier ainsi qu’au cadre bâti plus particulièrement, de leurs protagonistes et des philosophies dont elles s’inspirent. Ce projet inclut une vaste collecte de documents d’archives sur les schémas et plans d’aménagement du centre-ville d’Ottawa conçus par les différents acteurs urbains et le repérage des initiatives auxquelles ils ont donné lieu. Kenza Benali et Caroline Ramirez le dirigent.
  • La mobilisation des résidents et le Comité de réveil des citoyens de la Basse-Ville Analyse des formes de mobilisation de la population locale face aux propositions d’aménagement de la Basse-Ville et du rôle joué par le Comité de réveil des citoyens de la Basse-Ville. La recherche vise à mettre à jour les circonstances de sa création, les profils des personnes qui y ont œuvré, les activités qu’ils ont menées et leur portée eu égard aux transformations urbaines d’une part, à l’évolution de la communauté d’autre part. Le fonds du Comité, déposé au CRCCF, constitue la principale source de données. Laurence Roy-Côté en a fait une analyse préliminaire. Tous les membres de l’équipe du volet géographie participent à ce projet, qui profite plus particulièrement de l’étroite connaissance du dossier qu’a Caroline Andrew.
    • La Basse-Ville sous la loupe du Droit Étude du traitement du dossier des transformations de la Basse-Ville par le Droit. Regard sur les divers points de vue (résidents ou de l’extérieur du quartier, de Gatineau ou d’Ottawa; pouvoirs publics) tels que relayés par le journal et sur ses prises de position dans le dossier. Anne Gilbert dirige ce volet de la recherche. Caroline Ramirez et Kenza Benali y participent.
    • L’histoire de la Paroisse Sainte-Anne Hélène Beauchamp est à faire l’historique de la Paroisse Sainte-Anne, située dans la Basse-Ville est d'Ottawa, qui se confond avec celui de la présence française à Ottawa. Elle remonte à l’édification de la paroisse en 1872 jusqu’à la fermeture du lieu de culte en 2011. Plusieurs fonds logés au CRCCF lui sont utiles, parmi lesquels celui de la Paroisse, du Cercle social et du curé Charles-Auguste Demers (1965-1980).
    Haut de page