Chantier Ottawa

Histoire - Événements

«[L]a ville d'Ottawa demeure le centre nerveux de la vie française en Ontario.» – La Vie culturelle des Franco-Ontariens. Rapport du Comité franco-ontarien d’enquête culturelle, Ottawa, [s.é.], 1969, p. 92.

Consultez la vidéo où Simon Jolivet, ancien coordonnateur du Chantier, nous parle de son pan de recherche, portant sur les relations entre Irlandais et Canadiens-Français à Ottawa.


Consultez la chronologie : Les dossiers scolaire et religieux.

La perspective

Les projets de recherche regroupés à l'intérieur du volet historique du projet analysent les transformations les plus importantes qu'a connues la présence canadienne-française à Ottawa depuis le 19e siècle, tout en mettant l'accent, dans la plupart des cas, sur les années 1960 à 1980.

L'objectif est d'offrir un portrait contextuel de la présence française à Ottawa, sur les plans démographique et institutionnel, afin d'ajouter une épaisseur historique aux autres travaux menés par le Chantier Ottawa.

Quatorze enjeux et acteurs font l'objet d'une étude plus approfondie :

Les projets

Cinq historiens, aidés de stagiaires et assistants de recherche, travaillent à la production d'un bagage de connaissances inédit sur la vie française à Ottawa, telle qu'elle s'est construite au fil du temps et sur les enjeux qui la traversent à différents moments de son histoire :

  • Damien-Claude Bélanger dresse le portrait institutionnel de la vie française ottavienne jusqu'en 1961. Les composantes de l'édifice institutionnel, dans le contexte du projet national canadien-français, sont analysées.
  • Yves Frenette trace le visage socio-démographique d'Ottawa jusqu'en 1961, en s'attardant plus particulièrement aux années de l'après-guerre. Travaillant sur les recensements effectués depuis la fin du 19e siècle, il analyse la façon dont les Canadiens français se sont établis, enracinés et déplacés à Ottawa.

Des analyses plus circonscrites sur ces piliers de la vie communautaire franco-ontarienne d'Ottawa qu'ont été l'ACFO et l'Église catholique sont également menées :

  • Michel Bock examine la place d'Ottawa dans l'espace institutionnel canadien-français. Il étudie les transformations du rôle d'Ottawa comme épicentre des débats intellectuels et politiques en Ontario français via la refondation de l'ACFÉO-ACFO au tournant des années 1960.
  • Simon Jolivet explore les enjeux de la cohabitation ethnoculturelle au sein des institutions religieuses de la Basse-Ville d'Ottawa. Traçant les parallèles entre la vie catholique des paroissiens de Sainte-Anne (majoritairement francophones) et de St. Brigid's (majoritairement anglophones), il analyse les formes de la coopération entre ces communautés fondatrices d'Ottawa.
  • É.-Martin Meunier entreprend de mesurer le degré de religiosité chez les francophones d'Ottawa après 1960. Il s'agit d'analyser les pratiques religieuses, à partir de données diverses tirées, entre autres, des recensements paroissiaux et diocésains.
Haut de page