Un discours inspirant à la réception VIP des donateurs

Publié le lundi 28 novembre 2016

Le mercredi 9 novembre 2016 a eu lieu au Pavillon des diplômés Alex-Trebek la réception VIP des donateurs et donatrices de la Faculté des arts. Cet événement a été organisé en marge de la Conférence en études canadiennes Charles-R.-Bronfman de l’Institut des études canadiennes et autochtones. Plusieurs donateurs et donatrices y ont assisté, dont M. Gilles Provost et M. Claude Jutras, créateurs de la bourse Gilles-Provost en théâtre. Dans un discours inspirant, M. Provost nous a fait part de ce qui l’avait amené à créer, avec M. Jutras, un fonds doté de bourse en théâtre à l’Université d’Ottawa.

Voici un extrait du témoignage de M. Gilles Provost.

« Deux minutes pour expliquer pourquoi je suis ici après avoir donné quelques sous pour créer une bourse d’études en théâtre… un geste tout à fait normal, un devoir de remercier l’Université de m’avoir permis de découvrir ma raison de vivre heureux pendant près de 60 ans. Deux minutes? Ce n’est pas beaucoup.

J’ai été mordu à vie en 1948, j’avais 10 ans, par ma première pièce « While the Sun Shines ». Que le monde autour de moi rit et pleure. Ça m’a allumé. Et du théâtre anglais – j’en ai mangé de 25 à 30 pièces par année jusqu’en 1954 lorsque j’apprends qu’une société dramatique de l’Université d’Ottawa, troupe étudiante présente en français du théâtre. Des classiques comme « Le maître de Santiago » ou « Le jeu de l’amour et du hasard ». WOW! Je rencontre la metteure en scène Florence Castonguay et prends des cours de diction avec elle.

En 1958, étudiant à l’École normale pour devenir prof- je suis journaliste culturel pour la Rotonde et interview Jean Herbiet qui vient d’être nommé directeur du département. Un fort contact se fait et j’auditionne et joue des premiers rôles dans quatre pièces. Puis on m’offre la possibilité de donner des cours d’interprétation. Pendant près de quatre ans.

De 1973 à 1975, je mets en scène quatre productions dans lesquelles plus de 15 étudiants pourris de talent  que j’engagerai professionnellement à partir de 1976, quand je prendrai la direction du Théâtre de l’île de Hull. Pas seulement les comédiens mais des metteurs en scène, régisseurs, etc. Une ville où il n’y a pas d’artistes en résidence est une ville pauvre.

Pour moi, la formation offerte par notre Département est égale à celle offerte par les grandes écoles du Québec.

Avec les ajouts de salles, de cours, des profs il deviendra un des plus reconnus au Canada. Voilà pourquoi je suis fier d’y participer. »

 

Nous aimerions également souligner la présence à cet événement de quelques invités spéciaux :

David McGuinty, député, Ottawa-Sud

Ron McLaughlin, président du Cabinet de campagne de la Faculté des arts

Taiaiake Alfred, professeur à l’Université de Victoria et conférencier d’honneur pour la série de conférences en études canadiennes Charles-R.-Bronfman

 Christine Laurin, recipient, Faculty of Arts Scholarship for First Generation Students; Claude Jutras; Gilles Provost; and Kevin Kee, Dean of the Faculty of Arts

Sur la photo (de gauche à droite): Christine Laurin, lauréate de la bourse de la Faculté des arts pour les étudiants et étudiantes de première génération, Claude Jutras, Gilles Prévost et le doyen de la Faculté des arts, Kevin Kee.

 

Haut de page