Entrevue avec Erin Chapman, majore de promotion 2017

Publié le mercredi 21 juin 2017

justin-trudeau-erin-chapman

Le premier ministre Justin Trudeau et Erin Chapman

Apprenez à connaître Erin Chapman alors qu'elle se livre sur son passage à l'Université d'Ottawa. Adepte des arts et entrepreneure née, Erin s'impliqua au niveau de l'Association des étudiants en communication tout au long de son parcours universitaire ainsi que dans plusieurs organisations visant à la promotion des arts.


Que représente pour vous le rôle de majore de promotion?

Ce rôle veut dire beaucoup pour moi. Dès que j’ai appris que la Faculté était à la recherche de majores de promotion, j’ai immédiatement exprimé mon intérêt. Je suis persuadée qu’il s’agit du moyen parfait pour finir ce chapitre de ma vie en beauté et m’impliquer au sein de la Faculté des arts pour une dernière fois. Représenter mes collègues étudiants est un privilège que j’ai eu la chance d’exercer au sein du Conseil d’administration de la Fédération étudiante, et c’est un honneur pour moi de le faire à nouveau. C’est très significatif!

Avez-vous eu un modèle lors de la durée de vos études ici à l’Université d’Ottawa?

Trois professeurs m’ont ouvert la voie au cours de mes études à l’Université. Izabel Boursive, professeure du Département de communication, a agi comme un mentor pour moi. Elle a apporté une forme d’apprentissage pratique dans ses classes ainsi que des outils qui nous aideront pour nos carrières futures. Pour le projet final de sa classe de vidéo, notre film de danse a été présenté dans le cadre d’un festival cinématographique. Pierre Bélanger et Mike Stasko ont également été des modèles en tant que professeurs, puisqu’ils ont encouragé notre créativité et se sont éloignés des manières d’enseignement traditionnelles.

Comment l’Université d’Ottawa vous a-t-elle bien outillée pour l’avenir?

Le régime coop m’a fourni les outils nécessaires sur le plan de l’expérience pratique; je crois d’ailleurs qu’il s’agit de la clé pour n’importe quel diplômé à la recherche d’un emploi. L’enseignement coopératif m’a également permis de me bâtir un bon réseau de contacts. Dans certains de mes cours, mes professeurs m’ont vraiment appris à user de créativité, à sortir de ma zone de confort et à trouver des solutions efficaces.

Vos années à l’Université d'Ottawa en un mot?

J’aurais une expression en tête plutôt qu’un seul mot : « sans répit ». Les trimestres variaient et se ressemblaient peu. Tous les cours que j’ai suivis m’ont apporté quelque chose d’unique, et mon parcours universitaire a été un tourbillon sans fin d’expériences stimulantes et de nouvelles rencontres.


Que vous réserve l’avenir?

En ce moment, je suis une cheerleader pour le Rouge et Noir d’Ottawa, je suis trapéziste et je participe au concours de Miss Universe Canada cet automne. De plus, je travaille au gouvernement, dans un emploi que j’ai pu me dénicher grâce au programme coop. Pour l’avenir moins rapproché, je continuerai de combiner ma passion pour les arts et mon intérêt pour les affaires. Avec un diplôme de la Faculté des arts, nous sommes prêts à nous adapter à tout environnement et à défier le statu quo.

Haut de page