Alexandre MICHAUD

Carte électronique

Alexandre MICHAUD
Professeur à temps-partiel

2000 - LLB, Université de Montréal
2002 - MSc, London School of Economics and Political Science
2004 - MA, Barreau du Québec
2012 - PhD candidate, Université d’Ottawa


Courriel professionnel : amichau3@uOttawa.ca

Biographie

Profil biographique

Alexandre Michaud est un avocat qui poursuit des recherches doctorales (appuyées par CRESH) dans les domaines de l’histoire légale et intellectuelle coloniale et autochtone avec le Département d’histoire de l’Université d’Ottawa. Plus spécifiquement, il regarde la question de la conceptualisation des clauses indiennes (Pays indien) de la Proclamation Royale de 1763 à la lumière de la Commission franco-britannique sur les frontières coloniales en Amérique du Nord (1750-1756).

Alexandre a complété un nombre de recherches dans le domaine de l’histoire et le droit autochtone, notamment avec le Ministère des Affaires Autochtones et Nord Canadien, l’Institut des études canadiennes et autochtones et la Chaire sur les études métis. En plus d’enseigner l’histoire autochtone au Canada à l’Université d’Ottawa, Alexandre a également travaillé pour la revue académique Histoire sociale (2013-2014) & la mise en place de la conférence Réconciliation et les Métis au Canada, sous la supervision du professeur Larry Chartrand de la Faculté de droit – Le Projet des Traités Métis (CRESH-projet de 5 ans).

Avant de se joindre à l’Université d’Ottawa, Alexandre a vécu sur la réserve Sekwel’was (Cayoose Creek –peuple St’at’imc – Lillooet, C.-B.) dans le cadre du programme Jeunesse Canada Monde. Lorsqu’il était avocat-conseil et analyste principal à Élections Canada, il a travaillé à l’organisation de l’élection du Chef de l’Assemblée des Premières Nations et sur les programmes éducatifs dont l’objectif est d’encourager le vote des Autochtones dans les élections fédérales. Alexandre a obtenu son baccalauréat en droit de l’Université de Montréal et sa maîtrise du London School of Economics and Political Science (R.-U.).

Les intérêts académiques d’Alexandre incluent l’histoire intellectuelle, politique et légale de la période coloniale dans un contexte autochtone au Canada, ainsi que les traités entre la Couronne et les nations autochtones. Sa langue maternelle est le français.

Haut de page