Les discours économiques transnationaux et la mondialisation dans les médias et les textes de vulgarisation au Canada en comparaison avec l'Amérique latine : déplacements culturels et économiques

CRSH, programme des Initiatives de la nouvelle économie

Directeur : Patrick Imbert
Collaborateurs : Daniel Castillo-Durante (Université d'Ottawa), Amy Colin (University of Pittsburgh), Adriana Rizzo (Universidad Nacional de Rìo Cuarto, Argentine)

L'économique et le culturel mènent le monde. Parfois un mot ou une phrase ont un impact énorme. C'est le cas de l'attribut juif dans un cadre antisémite ou celui d'une personne qui se sent valorisée par un prêtre affirmant qu'elle est reconnue par Dieu.
Entre ces deux pôles propres à la modernité menant soit à l'exclusion soit à l'affirmation de l'individu, se manifeste l'influence des discours médiatiques liés à des changements culturels aux répercussions socio-économiques importantes. On pense à certains slogans qui nous font passer à l'ère du libéralisme économique et du postmodernisme : "Profits is not a dirty word", affirme le cimentier Lafarge dans Maclean's (22 mars 1982). Ce slogan est lié à " There is nothing permanent except change " (Business Week, 23 oct. 1978), recyclé de Héraclite par la pétrolière Conoco, offrant une nouvelle logique. Nous étudierons les nouveaux lieux communs et les arguments transformant les politiques nationales, dans le cadre de la dynamique postmoderne/postcoloniale et de l'économie mondialisée jouant de la compétitivité du libre échange économique et culturel.

La culture génère exclusion ou reconnaissance de l'altérité et permet de créer ou non une démocratie ouverte sur l'avenir favorisant ou non l'intégration sociale suivant que les discours économiques parviennent à reconnaître ou non la légitimité des différences et à se contextualiser dans les systèmes de valeur locaux ou réseautés. On analysera donc un corpus canadien des vingt dernières années (publicités dans les médias imprimés ou télévisuels, livres de vulgarisation économique, comme ceux du penseur canadien Tapscott, émissions économiques). On le mettra en relation avec un corpus de documents produits en Amérique latine durant la même période, afin d'évaluer les particularités des nouveaux discours et des déplacements des logiques identaires dans le cadre des réeseautages créant des solidarités nouvelles en fonction de valeurs transnationales et interculturelles.

On analysera donc les savoirs issus des textes, afin de saisir comment se construit ou peut être évitée l'exclusion et favoriser la production de significations multiples laissant une place à l'altérité. Cette production fonde un monde économico-culturel où l'individu, pour être efficace, parvient à s'affirmer dans la compétitivité économique et symbolique et à se reconnaître comme participant actif à son avenir.
Face à une situation ou mondialisation et hégémonie états-unienne se rejoignent souvent (Laberge), le but est, dans le cadre d'une société multiculturelle et sur un continent construit à partir de l'innovation culturelle, économique et technologique, de voir comment créer les conditions qui permettent de gérer des rencontres entre groupes ethniques (Maclure) et entre influences socio-culturelles transformées par l'accélération des rythmes et la multiplicité des réseaux et des sources de savoirs. L'intérêt est d'étudier les jeux de déplacements en relation avec la croissance des liens inter-américains et internationaux dans le contexte de la promotion du libre-échange et de l'Aléna, comme des liens à l'intérieur même du Canada et d'évaluer les transformations dans la construction de l'autre et dans les changements apportés dans les rapports de pouvoir.

 

Haut de page