L'Impact social du roman-feuilleton : Alexandre Dumas, écrivain orchestrateur

CRSH

Chercheur : Maxime Prévost

Ce projet de recherche s'intéresse à  l'impact social de la littérature romanesque à  l'apogée du roman-feuilleton, soit de 1844 à  1848. Alexandre Dumas, l'un des écrivains les plus lus de l'époque, y sert d'étude de cas : il s'agit d'étudier les retombées concrètes (c'est-à -dire discursives) de son œuvre saisies à  trois moments stratégiques, lors des publications en feuilleton des Trois Mousquetaires, du Comte de Monte-Cristo et de Joseph Balsamo.

La pratique du roman-feuilleton a permis à  une poignée d'écrivains qu'on qualifiera d'orchestrateurs de rejoindre un lectorat de masse. Dès lors, un romancier comme Alexandre Dumas se croit investi du pouvoir (et du devoir) de guider l'opinion publique. Comme l'écrit Umberto Eco, les romanciers populaires du premier XIXe siècle se donnaient pour mission « d'activer le sentiment en lieu de foi, de stimuler l'imagination exercée sur le réel possible », ce qui, à  la base, implique un travail de définition du réel et du possible : l'écrivain orchestrateur serait précisément celui qui impose une réalité, celui dont l'imagination personnelle se convertit en imaginaire collectif.

Ce projet se fixe pour objectif de dépouiller un échantillon des principales publications quotidiennes et périodiques de l'époque, à  la recherche d'échos discursifs aux trois publications de Dumas mentionnées ci-dessus. Il faudra déterminer dans quelle mesure et comment cette matière discursive est parvenue à  alimenter la rumeur.

Haut de page