Congrès général « spécial » de l’ACFEO au Château Laurier d’Ottawa

Après le dépôt du rapport du comité d’orientation pédagogique de l’ACFEO, du Plan de Timmins et du mémoire de l’Association des écoles secondaires privées franco-ontariennes (AESPFO), l’ACFEO convoque un congrès général « spécial » le 17 février 1967 au Château Laurier d’Ottawa afin de faire le point sur l’avenir des écoles secondaires franco-ontariennes. Plus de 500 délégués laïques et religieux assistent au 19e Congrès général « spécial » à Ottawa. Ainsi, face au refus du gouvernement Robarts de créer des écoles secondaires confessionnelles de langue française financées par les fonds publics, l’ACFEO laisse tomber son « vieil espoir d’obtenir un système d’écoles secondaires franco-catholiques financées par l’État provincial » (Bock, à paraître : 12) et recommande « l’établissement immédiat d’un régime d’écoles secondaires publiques bilingues […] », c’est-à-dire de langue française (Université d’Ottawa, CRCCF, P48/13/6).

Pendant le congrès, les délégués décident de saborder le système d’éducation privé du niveau secondaire et de demander son intégration au secteur public. Pour l’Association et son président, Roger Séguin, les Franco-Ontariens sont enfin disposés à accepter l’établissement des écoles secondaires publiques de langue française. Ce nouveau « régime [marque] une étape importante pour assurer l’épanouissement des jeunes Franco-Ontariens comme chrétiens d’origine française appelés à jouer, à part entière, leur rôle comme Ontariens et Canadiens au sein d’une société et d’une économie moderne » (Université d’Ottawa, CRCCF, P48/13/6).

Privilégiant la langue française au détriment de la question religieuse en matière de gestion scolaire, l’archevêque d’Ottawa, Mgr Joseph-Aurèle Plourde, demande aux délégués de l’ACFEO d’opter pour un système d’éducation public. À ce moment-là, la seule voie possible vers la reconnaissance de la langue française dans les écoles secondaires de l’Ontario passe par la fondation des écoles secondaires publiques de langue française.

L’Association demande également au gouvernement Robarts que « dans les écoles secondaires bilingues, le français soit la langue d’instruction et de communication pour la plupart des matières » (Université d’Ottawa, CRCCF, P48/13/6). Quant à l’enseignement de l’anglais, il doit être adapté aux besoins et aux connaissances linguistiques des élèves francophones.

À la fin du congrès général « spécial », l’ACFEO adopte le texte d’un Mémoire concernant un régime d'écoles secondaires bilingues en Ontario. Le 20 mars 1967, l’exécutif de l’ACFEO présente son mémoire au ministre de l’Éducation de l’Ontario, William G. Davis.

Projet d’un mémoire concernant un régime d’écoles secondaires bilingues en Ontario soumis au 19e Congrès général de l’Association canadienne-française d’éducation d’Ontario, le 18 février 1967, à Ottawa, page de titre, 1967. Université d’Ottawa, CRCCF, Fonds Association canadienne-française de l'Ontario (C2-272-2a-pt)

Mémoire concernant un régime d’écoles secondaires bilingues en Ontario, mars 1967, CRCCF, Fonds Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (C50-73-12a-p1).

________________________________________________________________________

Bibliographie

Archives

Université d’Ottawa, Centre de recherche en civilisation canadienne-française, Fonds Association canadienne-française de l’Ontario (C2)

Université d’Ottawa, Centre de recherche en civilisation canadienne-française, Fonds Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (C50)

Université d’Ottawa, Centre de recherche en civilisation canadienne-française, Fonds Roland-Bériault (P48), « Projet d’un mémoire concernant un régime d’écoles secondaires bilingues en Ontario soumis au dix-neuvième congrès général (spécial) de l’Association canadienne-française d’éducation d’Ontario », 17-18 février 1967, P48/13/6.

Entrevue grand témoin, Gérard Lévesque, Chantier Ottawa, CRCCF, 2013, transcription, p. 17-18.

Livres et articles

Bock, Michel (à paraître). « Une association nouvelle pour une ère nouvelle : l’Association canadienne-française de l’Ontario (1964 à 1982) », dans Michel Bock et Yves Frenette (dir.), Histoire de l’ACFO, Chapitre IV.

Boulay, Gérard (1987). Du privé au public : les écoles secondaires franco-ontariennes à la Gérard Boulay fin des années soixante, Sudbury, Société historique du Nouvel-Ontario, coll. « Documents historiques », no 85.

Carrière, Fernan (1993). « La métamorphose de la communauté franco-ontarienne, 1960-1985 », dans Cornelius J. Jaenen (dir.), Les Franco-Ontariens, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, p. 305-340.

Gervais, Gaétan, et Michel Bock (2004). L’Ontario français des Pays-d’en-Haut à nos jours, Ottawa, Centre franco-ontarien de ressources pédagogiques.

Lang, Stéphane (2003). La communauté franco-ontarienne et l'enseignement secondaire (1910-1968), thèse de doctorat (histoire), Ottawa, Université d’Ottawa.

Haut de page