Les Éditions Prise de parole

Les Éditions Prise de parole ont été fondées à Sudbury en 1973. Il s’agit de la première maison d’édition spécialisée dans la publication d’œuvres franco-ontariennes. Particulièrement active sur la scène culturelle, la maison d’édition organise, au fil des ans, diverses activités dont les soirées « La Cuisine de la poésie » (La présence française en Ontario, 2010). Aujourd’hui, Prise de parole a un mandat élargi qui touche l’ensemble du Canada français :

Ancrées dans le Nouvel-Ontario, les Éditions Prise de parole appuient les auteurs et les créateurs d’expression et de culture françaises au Canada, en privilégiant des œuvres de facture contemporaine. Ce mandat reflète la volonté de la maison d’appuyer, à partir de sa situation en région, à la fois le travail de création littéraire en milieu minoritaire et celui de réflexion en sciences humaines et sociales portant sur ce milieu, et ce, à l’échelle canadienne (À propos, [s.d.]).

La maison naît dans le contexte d’effervescence culturelle propre aux années 1970 à Sudbury, où un groupe de jeunes Franco-Ontariens met sur pied divers organismes tels que la Coopérative des artistes du Nouvel-Ontario (CANO), le Théâtre du Nouvel-Ontario (TNO), le centre culturel La Slague, la Galerie du Nouvel-Ontario et, bien sûr, les Éditions Prise de parole. Le projet de maison d’édition se concrétise lorsque ces jeunes, notamment ceux qui participent au Club littéraire de l’Université Laurentienne, se rendent à Montréal, en compagnie de leur professeur Robert Dickson et d’un collègue, pour rencontrer Gaston Miron, poète et cofondateur des Éditions de l’Hexagone. Le modèle de l’Hexagone leur servira à réaliser leur rêve. Ils choisissent de nommer cette nouvelle maison d’édition Prise de parole, car un glissement s’opère dans cette expression « entre écouter, recevoir, entendre et prendre la parole. Du passif à l’actif, de la réaction à l’action » (Tremblay, 1996 : 64). La première publication de Prise de parole est un ouvrage collectif de poésie intitulé Lignes-Signes, qui comprend des textes de Gaston Tremblay, Denis Saint-Jules, Jean Lalonde et Placide Gaboury. Le lancement du recueil a lieu lors du congrès général provincial de l’Association canadienne-française de l’Ontario (ACFO), le 10 mai 1973 (Historique, [s.d.]).

Au cours de ses premières années d’existence, la maison publie peu de livres en raison d’un manque de ressources. Mais en 1978, le Comité d’administration décide de réorganiser la maison d’édition et de la rendre autosuffisante. Gaston Tremblay en sera l’éditeur jusqu’en 1988. Michel Dallaire se joindra à lui à titre de directeur littéraire de 1984 à 1986, puis denise truax à titre de coéditrice en 1988-1989 (Tremblay, 1996 : 319). denise truax, aujourd’hui directrice générale, est assistée par des conseillers littéraires : Miriam Cusson pour la poésie, Johanne Melançon pour le roman, le récit, la nouvelle et Michel Ouellette pour le théâtre.

Prise de parole est le porte-flambeau de la révolution culturelle franco-ontarienne et un tremplin pour le milieu littéraire francophone en province. En effet, dans les années suivant sa fondation, la littérature franco-ontarienne connaît un essor sans précédent. Le nombre de publications augmente, la diffusion et la distribution des ouvrages croissent et les auteurs reçoivent une plus grande visibilité.

Macaron de la maison d'édition Prise de parole

Figure 1 – « Macaron de la maison d’édition Prise de parole, Sudbury, [198-?] ».

Source : Université d’Ottawa, CRCCF, Fonds Paul-François-Sylvestre (P179), M81-14.

 

« Exposition de livres dans le cadre du 10e anniversaire de fondation de Prise de parole, 1983 ».

Figure 2 – « Exposition de livres dans le cadre du 10e anniversaire de fondation de Prise de parole, 1983 ».

Source : Université d’Ottawa, CRCCF, Fonds Fédération culturelle canadienne-française (C89), Ph167-1108

 

 pour les Franco-Ontariens”, section spéciale parue dans Le Voyageur, p. 29, Sudbury, Ontario, 26 mars 1980 ».

Figure 3 – « “Prise de parole : pour les Franco-Ontariens”, section spéciale parue dans Le Voyageur, p. 29, Sudbury, Ontario, 26 mars 1980 ».

Source : Université d’Ottawa, CRCCF, Per1519.

« Gaston Tremblay, fondateur de la maison d’édition Prise de parole, 5 février 1980 ».

Figure 4 – « Gaston Tremblay, fondateur de la maison d’édition Prise de parole, 5 février 1980 ».

Source : Université d’Ottawa, CRCCF, Fonds Le Droit (C71), Ph92-4/050280-9.

 


SOURCES

À propos ([s.d.]). Sur le site Prise de parole, [http://prisedeparole.ca/] (15 juillet 2013).

Historique ([s.d.]). Sur le site Prise de parole, [http://prisedeparole.ca/] (15 juillet 2013).

La présence française en Ontario : 1610, passeport pour 2010 : Les Éditions Prise de parole (2010). Sur le site Centre de recherche en civilisation canadienne-française, [http://www.crccf.uottawa.ca/passeport/II/A2a/IIA2a02-1.html] (15 juillet 2013).

Tremblay, Gaston (1996). Prendre la parole : le journal de bord du Grand CANO, Ottawa, Les Éditions du Nordir, 330 p.

Haut de page