Fonds Théâtre la Catapulte (C140)

Dates extrêmes et collation

1991-2002. - 3,61 m linéaires de doc. textuels et autres documents.

Notes historiques

Théâtre la Catapulte. Fondation par des créateurs de la région d’Ottawa, dont Patrick Leroux, Patrick Riel et Carol Beaudry, mai 1991; incorporation en société à but non lucratif, novembre 1993. Objectifs : être le «lieu de ralliement et d’exploration à la relève franco-ontarienne et outaouaise» et se consacrer «à la création et à la diffusion de nouvelles oeuvres, en mettant l’accent sur l’originalité de la démarche des créateurs». Structure : assemblée annuelle ou générale; conseil d’administration (7 administrateurs); bureau (président, vice-président, secrétaire et trésorier). Pièces présentées : 1991-1992, Un pays dont la devise est je m’oublie, D’amour de cul, Quatre ans à peine; 1992-1993, Le Beau Prince d’Orange; 1993-1994, La Litière; 1994-1995, Le Bateleur, Rappel, L’Audition; 1995-1996, La Litière (2e version), Le Rêve totalitaire de dieu l’amibe, Ressusciter, Tom Pouce, version fin de siècle; 1996-1997, Les Champs de boue, Le Rêve totalitaire de dieu l’amibe, À suivre…, La Petite Mort; 1997-1998, Double Jeu, La Dernière Fugue, L’Occupante, Contes urbains, Le Vie d’une mouche, La Fête, Tom Pouce, version fin de siècle; 1998-1999, Ottawa vu par… (comprenant deux pièces en un acte : King Edward et La Nuit blanche de Martin Shakespeare), La «Band» à tout casser, Zoo et jardins du monde, Vapeuresque, Faust; 1999-2000, Turandot, Faust : chroniques de la démesure (Palme de la meilleure production d’un théâtre de la région d’Ottawa-Hull, Cercle de la critique de la capitale nationale, 2000), La Confesse, La «Band» à tout casser, Cap Enragé, Moulinette, Les Malheurs de Monsieur Dumonchôve. Depuis 1995, concours annuel d’écriture dramatique : Prix O’Neill-Karch et Prix Jeunesse. Distinction, Prix du Lieutenant-gouverneur de l’Ontario pour les arts (prix Jackman-Bickell), 2001. Publication : Le Catalyseur.

Portée et contenu

Le fonds témoigne de la gestion et des activités du Théâtre la Catapulte depuis sa fondation en 1992. Il témoigne principalement de la préparation de pièces de théâtre présentées par la troupe pour des publics adulte et adolescent : «D’amour de cul» de Michel Garneau, mise en scène de Patrick Leroux; «Un pays dont la devise est je m’oublie» de Jean-Claude Germain, mise en scène de Patrick Leroux; «Le Beau Prince d’Orange» de Patrick Leroux, mise en scène de Patrick Leroux; «La Litière» de Patrick Leroux, mise en scène de Benoît Gauthier, et «La Litière» (2e version) de Patrick Leroux, mise en lecture d’Annick Léger; «Le Bateleur» de Michel Ouellette, mise en lecture de Patrick Leroux; «Rappel» de Patrick Leroux, mise en scène de Patrick Leroux (collaboration avec le Centre national des arts (CNA)); «L’Audition» de Richard J. Léger, mise en lecture d’Anne-Marie White; «Le Rêve totalitaire de dieu l’amibe» de Patrick Leroux, mise en scène d’Anne-Marie White; «Ressusciter» de Patrick Leroux, mise en scène d’Anne-Marie White; «Tom Pouce, version fin de siècle» de Patrick Leroux, mise en scène d’Anne-Marie White (collaboration avec le Théâtre du Tremplin de Vanier); «Les Champs de boue» de Stefan Psenak, mise en lecture de Sylvie Dufour (à l’invitation du Théâtre du Nouvel-Ontario (TNO)); «La Petite Mort» de Catherine Léger (lauréate du concours d’écriture), mise en lecture de Nadine Desrochers; «Double Jeu» de Michel Ouellette, mise en lecture d’Isabelle Bélisle; «Contes urbains» d’Yvan Bienvenue, Jean Marc Dalpé, Patrick Leroux, Marie-Thé Morin, André Perrier et Stefan Psenak, mise en scène par les dramaturges (collaboration avec le Mouvement d’implication francophone d’Orléans (MIFO) et Le Chenail d’Hawkesbury); «L’Occupante» de Michel Ouellette, mise en lecture d’Annick Léger; «La Dernière Fugue» de Michel Ouellette, mise en lecture de Nadine Desrochers; «La Fête» de Marguerite Andersen (lauréate du concours d’écriture), mise en lecture de Joël Beddows; «La Vie d’une mouche», texte collectif de la troupe Les CinQuopes (lauréate du concours d’écriture), mise en lecture d’André Perrier; «Ottawa vu par…» (comprenant deux pièces en un acte : «King Edward» de Michel Ouellette et «La Nuit blanche de Martin Shakespeare» de Patrick Leroux), mise en scène d’Annick Léger (mise en lecture-spectacle présentée en collaboration avec le Département des lettres françaises de l’Université d’Ottawa et l’Association des auteures et auteurs de l’Ontario français (AAOF)); «Faust», adapté de la pièce de Johann Wolfgang von Goethe par Richard J. Léger, mise en lecture de Joël Beddows; «Vapeuresque» de Tonia Harmony Ness (lauréate du concours d’écriture), mise en lecture de Benjamin Gaudreault; «Zoo et jardins du monde» de Maude St-Denis (lauréate du concours d’écriture), mise en lecture de Kira Ehlers. Le fonds témoigne également de la tenue du concours d’écriture dramatique, Prix O’Neill-Karch et Prix Jeunesse. Il comprend principalement : l’historique de la troupe, sa mission, une demande de constitution en société, une liste des membres du Conseil d’administration et des statuts et règlements; des descriptions de projets, des rapports d’évaluation de projets, des dossiers de présentation de pièces; des synopsis, des fragments et des textes de pièces de théâtre (et de radio-théâtre); des calendriers de production et des listes des participants à des productions; des cahiers de régie et de production; des programmations; des règlements du concours d’écriture et des fiches d’inscription au concours; des biographies de concepteurs et comédiens; des textes d’entrevues avec Chantal Aubut. Il comprend également : des procès-verbaux; des rapports annuels et d’activités; des plans d’action et de communication, du matériel promotionnel, des communiqués de presse, des coupures de presse et des critiques de pièces; des exemplaires du bulletin de liaison Le Catalyseur; des documents ayant trait aux assurances et des permis; des documents financiers et des demandes de subvention; des contrats, des ententes, des cachets de concepteurs et d’artistes, des curriculum vitae et une convention collective entre l’Association des professionnels des arts de la scène du Québec (APASQ) et l’Association des compagnies de théâtre (ACT); de la correspondance, entre autres, de l’Académie québécoise du théâtre (AQT), de Théâtre Action (TA), de l’Alliance culturelle de l’Ontario (ACO), de l’Association nationale des théâtres francophones hors Québec (ANTFHQ), devenue Association des théâtres francophones du Canada (ATFC), du Centre de théâtre francophone d’Ottawa (La Nouvelle Scène) et du Conseil des arts de l’Ontario (CAO); des enregistrements sonores et des enregistrements vidéo (émission «Coup d’oeil», lancements et pièces); des photographies.

Notes complémentaires

Haut de page

Haut de page