Johanne Melançon

Carte électronique

Johanne Melançon
Chercheuse en résidence au CRCCF

Professeure émérite


Courriel : j.melancon@uottawa.ca

Aucune image de profil n'a été trouvée.

Biographie

Johanne Melançon a été professeure de langue et littérature au Collège universitaire de Hearst, devenu Université de Hearst, de 1989 à 2005. Professeure émérite depuis 2021, elle a enseigné, de 2005 à 2021, au Département d’études françaises de l’Université Laurentienne, à titre de professeure adjointe, agrégée puis titulaire depuis 2017, la littérature et la chanson de l’Ontario français et du Québec. Ses publications et ses recherches portent sur l’œuvre de poètes, romanciers et dramaturges franco-ontariens, de même que sur la chanson québécoise et la chanson franco-ontarienne. Chercheure associée à la Chaire de recherche sur les cultures et les littératures francophones du Canada, elle a codirigé avec Lucie Hotte l’ouvrage de référence Introduction à la littérature franco-ontarienne (Prise de parole, 2010; mention au Prix Champlain 2011). Elle a reçu une subvention du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada pour son projet Analyse et mise en valeur des archives du théâtre franco-ontarien contemporain (2017-2020).

Principales publications

Écrire en temps de paix relative, sous la dir. de Lucie Hotte et Johanne Melançon, Sudbury, Prise de parole, 2019, 258 p.

Écrire au féminin au Canada français, sous la dir. de Johanne Melançon, Sudbury, Prise de parole, 2013, 316 p.

Introduction à la littérature franco-ontarienne, sous la dir. de Lucie Hotte et Johanne Melançon, Sudbury, Prise de parole, 2010, 277 p.

« Robert Dickson : un homme, son œuvre », en collaboration avec Lucie Hotte, dans Écrire en temps de paix relative, sous la dir. de Lucie Hotte et Johanne Melançon, Sudbury, Prise de parole, 2019, p. 5-10.

« Représentation et redéfinition de la relation avec les Premiers peuples dans la chanson québécoise depuis 1960 : de la prise de conscience à l’émergence d'une chanson des Premiers peuples », Études canadiennes = Canadian Studies, revue interdisciplinaire des études canadiennes en France, n° 87 (décembre 2019), p. 67-86.

« Le silence d’une tragédie ou La mesure humaine : l’inscription de Paul Doucet au sein du “jeune théâtre” franco-ontarien », Revue du Nouvel-Ontario, n° 43, 2018, p. 331-360., Association des études canadiennes en France, n° 87 (décembre 2019), p. 67-86.

 « Le silence d’une tragédie ou La mesure humaine : l’inscription de Paul Doucet au sein du “jeune théâtre” franco-ontarien », Revue du Nouvel-Ontario, n° 43 (2018), p. 331-360.

« Sémiotique générative de l’avant-texte de French Town de Michel Ouellette », Regards sur les archives d’écrivains francophones, sous la dir. de Sophie Marcotte, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, coédité par le Centre de recherche en civilisation canadienne-française, coll. « Archives des lettres canadiennes », 2019, p. 231-259.

« Le règlement 17 et le théâtre franco-ontarien : les exemples de La parole et la loi et Jeanne », dans Le siècle du Règlement XVII, sous la dir. de Michel Bock et François Charbonneau, Sudbury, Prise de parole, 2015, p. 381-404.

« Le Nouvel-Ontario : espace réel, espace imaginé, espace imaginaire », Quebec Studies, « L'Ontario français » (sous la dir. de Lucie Hotte), n° 46 (Fall 2008 / Winter 2009), p. 49-69.

 

Projet

Édition génétique numérique d’un avant-texte de théâtre : French Town de Michel Ouellette

Ce projet propose de développer le travail d’analyse et de mise en valeur des avant-textes de French Town (1994; prix du Gouverneur général) de Michel Ouellette, ainsi que la réflexion théorique sur le recours aux humanités numériques en lien avec la génétique textuelle, en réalisant une édition génétique numérique du corpus. Il poursuit les objectifs suivants :

• Réaliser une édition génétique numérique de l’avant-texte d’une pièce de théâtre pour rendre compte des processus de création de la pièce, soit l’écriture et la production de la pièce, en s’appuyant sur deux fonds d’archives principaux : les archives du dramaturge Michel Ouellette (CRCCF de l’Université d’Ottawa, Fonds P338) et les archives du Théâtre du Nouvel-Ontario (archives de l’Université Laurentienne de Sudbury, Fonds P023).

Ce projet repose à son tour sur trois objectifs :

• Développer l’analyse du dossier génétique de French Town en mettant à contribution les humanités numériques, en particulier la Text Encoding Initiative (TEI ou initiative pour l’encodage du texte) en utilisant le langage de balisage extensible ou langage XML (eXtensible Markup Language) et ainsi contribuer au développement de cet outil d’encodage;

• Développer un modèle d’édition génétique numérique adapté au théâtre en tenant compte du texte et de sa représentation, de même que de différents publics;

• Développer une réflexion théorique concernant le recours aux humanités numériques, en lien avec la génétique textuelle, pour l’analyse et la mise en valeur de documents d’archive liés à la création et à la production d’une pièce de théâtre en milieu minoritaire.

• Renouveler la perspective critique sur une œuvre importante du corpus franco-ontarien en mettant en lumière une dimension encore méconnue, soit le processus de création.

Ce projet consistera donc en une édition documentaire et critique qui prendra modèle sur « des éditions critiques numériques exploitant le médium numérique tout en s’affranchissant d’une volonté d’exhaustivité dans le traitement des témoins » (Duval, 2017 : 16) pour mettre l’accent sur la diffusion des résultats de l’analyse, dans une forme accessible et conviviale, adaptés à différents types de lecteurs. L’un des objectifs sera de proposer un ou des parcours de lecture pour favoriser cette accessibilité.

De façon plus globale, cette recherche s’inscrit dans l’ensemble d’une réflexion sur la façon dont la génétique peut renouveler notre regard sur les œuvres et sur ce qu’est ou ce que devrait être une édition génétique ou édition critique de dossiers de genèse en format numérique. Elle contribuera à enrichir les lectures de l’œuvre elle-même, sinon même à suggérer des recherches exploitant d’autres fonds d’archives d’écrivains franco-ontariens ou provenant de d’autres littératures minoritaires en démontrant que l’intérêt d’un corpus n’est pas nécessairement lié à la notoriété de l’écrivain. Elle permettra aussi d’envisager des moyens plus dynamiques et interactifs pour rendre compte du processus de création d’une œuvre dramatique. Enfin, ce projet contribuera au développement des études en génétiques et en humanité numériques dans le monde francophone.

Haut de page