Bourse de maîtrise et bourse doctorale de recherche sur les francophonies québécoise, canadienne et nord-américaine

Concours 2021-2022

Le CRCCF est fier d'annoncer l’ouverture du concours 2021-2022 du programme de bourses de recherche sur les francophonies québécoise, canadienne et nord-américaine. Ce programme bénéficie de l’appui financier des donateurs du CRCCF. Cette année, deux bourses seront offertes aux étudiants de l’Université d’Ottawa.

La bourse de maîtrise de recherche sur les francophonies québécoise, canadienne et nord-américaine, d’une valeur de 2 500 $, est offerte grâce à la générosité de Michel Gaulin, un fidèle ami du CRCCF. Professeur émérite de l’Université Carleton, Michel Gaulin s’est intéressé dès les années 1960 à la littérature canadienne-française. Il a longtemps contribué à la revue Lettres québécoises. Originaire d’Ottawa, il a toujours eu à cœur de promouvoir la recherche sur l’Ontario français.

Pour plus d’information, veuillez consulter les modalités d’admissibilité, les critères d’attribution et le formulaire de demande.

Date limite :

Tous les documents requis doivent être envoyés au CRCCF (crccf@uottawa.ca) avant le 5 avril 2021.

 

La bourse doctorale de recherche sur les francophonies québécoise, canadienne et nord-américaine, d’une valeur de 5 000 $, est offerte grâce à la générosité d’Anne Gilbert. Anne Gilbert est professeure émérite du Département de géographie de l’Université d’Ottawa. Elle a dirigé le CRCCF de 2010 à 2015, puis de façon intérimaire en 2016-2017.


Chercheuse passionnée, Anne Gilbert a mené pendant près de 30 ans des travaux novateurs en géographie culturelle canadienne, sur les espaces francophones et la vitalité communautaire qui ont largement renouvelé notre compréhension du fait français en contexte minoritaire au Canada.

Pour plus d’information, veuillez consulter les modalités d’admissibilité, les critères d’attribution et le formulaire de demande.

Date limite :

Tous les documents requis doivent être envoyés au CRCCF (crccf@uottawa.ca) avant le 5 avril 2021.

 


 

Récipiendaires :

2021-2022

  • Brigitte Murray, étudiante à la maîtrise, Département de français, pour le projet « Le réseau épistolaire d'Élisabeth Bruyère (1839-1862) : des identités individuelles et culturelles collectives qui s'entrelacent ». Elle a reçu une bourse de 2 500$.
  • Philippe Rodrigues-Rouleau, étudiant au doctorat, Département de communication, pour le projet « Quand les journalistes parlent d’eux-mêmes : études de cas sur le discours métajournalistique dans les médias d’information québécois et leur réception par divers publics ». Il a reçu une bourse de 5 000 $.

 

2018-2019

  • Mathilde Cames, étudiante à la maîtrise, Institut des langues officielles et du bilinguisme, pour le projet « Expériences individuelles et collectives du bilinguisme et influence des représentations institutionnelles chez les étudiants bilingues à l’Université d’Ottawa ». Elle a reçu une bourse de 1 500 $.
  • Benoit Longval, étudiant au doctorat, Département d’histoire, pour le projet « Le Canada anglais se raconte le Canada français : débats historiographiques, enjeux épistémologiques et mutations référentielles (1945-1995) ». Il a reçu une bourse de 3 000 $.

     

2017-2018

  • Isabelle Jeaurond, étudiante à la maîtrise, Département de théâtre, pour le projet « Représentations de la guerre et de l’effort de guerre dans les Fridolinades de Gratien Gélinas et le Canadian Army Show de l’Armée canadienne ». Elle a reçu une bourse de 2 000 $.
  • Geneviève McCready, étudiante au doctorat, Sciences infirmières, pour le projet intitulé « Contribution des infirmières francophones canadiennes œuvrant en dehors des hôpitaux à l’amélioration des conditions de vie des personnes et des communautés (1928-1976) ». Elle a reçu une bourse de 3 000 $.

 

2016-2017

2015-2016

  • Luc Léger, étudiant au doctorat, Département de sociologie, pour le projet « Le bilinguisme comme critère d’embauche dans le secteur privé : représentations et attitudes linguistiques des travailleurs du Nouveau-Brunswick ». Il a reçu une bourse de 4 500 $.
  • Julien Paquette, étudiant à la maîtrise, Département de communication, pour le projet « L’avenir de l’information à CBC/Radio-Canada ». Il a reçu une bourse de 3 000 $.
     

2014-2015

  • Ariane Brun del Re, étudiante au doctorat, Département de français, pour le projet « Miser sur la double bonne distance : s’inscrire dans la littérature franco-canadienne postidentitaire ». Cette thèse postule que les œuvres littéraires franco-canadiennes qui ont été consacrées depuis les années 1990 sont parvenues à trouver la « double bonne distance » entre les voies particulariste et universaliste tout en parvenant à s’adresser à deux types de lecteurs, l’un endogène et l’autre exogène. Le corpus sera analysé au moyen des théories sémiotiques, de la lecture et de la « minority writing ». Elle a reçu une bourse de 4 500 $. 
  • Danielle Migeon, étudiante à la maîtrise, Département de géographie, pour le projet « Des racines et des ailes : mobilité et appartenance dans les communautés francophones en milieu minoritaire », afin d’étudier la mobilité et ses effets sur l’attachement aux lieux, le sentiment d’appartenance et l’identité collective dans les communautés francophones en situation minoritaire au Canada. L’étude sera réalisée grâce aux données de l’Enquête sur la vitalité des minorités de langue officielle effectuée par Statistiques Canada en 2006. Elle a reçu une bourse de 3 000 $.

 

2013-2014

  • Isabelle Kirouac-Massicotte, étudiante au doctorat, au Département de français de l’Université d’Ottawa, pour le projet intitulé « Il était une fois, les mines : questions d’identité et d’espace dans les littératures de l’Abitibi-Témiscamingue et de l’Ontario français ». Sa thèse portera sur les problématiques de l’identité et de la représentation de l’espace, plus particulièrement le paradigme minier, dans les corpus de l’Abitibi-Témiscamingue et de l’Ontario français. Elle recevra une bourse de 4 500 $.
  • Simon-Pierre Chaplain-Corriveau, étudiant à la maîtrise, au Département d’histoire de l’Université d’Ottawa, pour le projet « Quand l’Ontario français était disputé par ses chefs : l’émergence de la Fédération des Sociétés Saint-Jean- Baptiste de l’Ontario (FSSJBO) au coeur des divisions structurelles de l’Ontario français à la moitié du XXe siècle ». Il a l’ambition d’examiner les débats politiques auxquels a participé la FSSJBO à travers son dialogue tenu aux échelles provinciale et nationale. Il recevra une bourse de 3 000 $.

2012-2013

2011-2012


Fonds d’émergence de projets de recherche sur le Canada français.

Ce Fonds était attribué annuellement pour élaborer des projets de recherche sur le Canada français.

2009-2010

  • Sylvie A. Lamoureux. « “Et après ?” L’affirmation linguistique et culturelle de jeunes leaders franco-ontariens après l’école secondaire (1976-2008) ».Institut des langues officielles et du bilinguisme, Université d’Ottawa.
  • Julie Léger. « Une minorité s’exprime : la commémoration et la mémoire de la Grande Guerre en Ontario français, 1920-2000 ».Département d’histoire, Université d’Ottawa.
  • Takuya Tazawa. « L’Ontario français et le bilinguisme en Ontario : les efforts des associations franco-ontariennes pour la reconnaissance de la langue française, 1963-1986 ».Département d’histoire, Université d’Ottawa.

2008-2009

  • Serge Dupuis, « Les Canadiens français de Palm Beach depuis 1960 ».Département d’histoire de l’Université d’Ottawa.
  • Geneviève Richer, « Entre nationalisme canadien-français et le bonne-ententisme : la contribution de Napoléon-Antoine Belcourt à la construction identitaire de l’Ontario français, du Canada français et du Canada, 1896-1932». Département d’histoire de l’Université d’Ottawa.
  • Stéphanie St-Pierre, « Terres de nos aïeux : les représentations du territoire historique dans les historiographies canadiennes-françaises, 1845-1985».Département d’histoire de l’Université de Montréal.
Haut de page