Majore de promotion

Publié le jeudi 13 juin 2019

Abigail Roche - Facebook

Revoir le discours d'Abigail Roche (débute à 44 minutes)

Abigail Roche

Majore de promotion de la collation des grades de la Faculté des arts du printemps 2019

L’Institut des langues officielles et du bilinguisme est fier d’apprendre qu’Abigail Roche a été nommée majore de promotion à l’occasion de la collation des grades de la Faculté des arts du printemps 2019. Le parcours universitaire d’Abigail s’est effectué sous le signe de l’excellence, comme en témoignent les nombreux prix et bourses qu’elle a reçus, notamment la Bourse du programme de mentorat CIBC. Citoyenne du monde, Abigail adore apprivoiser d’autres cultures grâce aux voyages. En plus d’avoir effectué un échange d’été en France, elle a voyagé au Timor-Oriental et en Australie, où elle a fait du bénévolat pendant cinq mois. Outre les deux langues officielles du Canada, Abigail parle couramment l’espagnol et a commencé à apprendre l’allemand. D’ailleurs, elle croit que les langues sont essentielles pour contribuer à la collectivité et aider les autres. Enfin, son ouverture, sa générosité et son idéalisme se traduisent par son engagement bénévole auprès de la communauté inuite d’Ottawa.

À ton avis, quelle signification peut‑on attacher au rôle de major de promotion?

Quand j’ai appris que j’ai été nommée majore de promotion, j’ai été d’autant plus convaincue que j’étudiais dans un domaine tout indiqué pour moi. Ayant autant accompli et reçu cette occasion en or, j’ai le sentiment d’être sur la bonne voie. De plus, c’est un réel honneur de représenter la promotion de la Faculté des arts de 2019.

Es-tu partie en échange dans le cadre de ton baccalauréat à uOttawa?

Effectivement, je suis partie à Saint-Étienne, en France, dans le cadre d’un échange d’été en 2017. Cette expérience m’a permis de m’imprégner de la culture française et de perfectionner mes compétences linguistiques. À mon retour, je suis devenue uOCoach internationale : un engagement bénévole d’environ un an et demi durant lequel je me suis appuyé sur mes expériences précédentes pour aider et conseiller les étudiants qui souhaitaient partir en échange à l’étranger. Je tiens à exprimer ma profonde reconnaissance envers l’Université de m’avoir décerné la Bourse de mobilité afin que je puisse vivre cette expérience internationale.

Quel est le plus beau souvenir de ton échange?

Je dirais le souvenir de manger tous les jours une baguette, à un prix bien moindre qu’au Canada, bien sûr! Au fait, on y trouve même des distributeurs de baguettes. J'ai aussi aimé explorer la France et quelques-uns de ses beaux châteaux historiques!

Tu as fait beaucoup de bénévolat. Qu’est-ce que ces expériences t’ont apporté?

J’ai vraiment appris ce que signifie contribuer à une collectivité et aider les autres. En particulier, j’ai remarqué les difficultés auxquelles on se heurte quand on ne peut pas communiquer à cause de barrières linguistiques. C’est d’ailleurs ce qui m’a amenée à étudier les langues à l’Université d’Ottawa. Mon parcours aura renforcé mes capacités communicationnelles, essentielles pour tendre la main aux personnes dans le besoin.

À ton avis, dans quelle mesure l’Université d’Ottawa t’a-t-elle préparée à l’avenir?

Non seulement j’ai beaucoup appris sur le plan scolaire, mais j’ai aussi acquis des compétences professionnelles telles que la gestion du temps, la lecture efficace, l'analyse et d'autres compétences importantes qui m'ont aidée à m’autonomiser en tant qu’adulte. L’Université m’a également permis de profiter d’excellentes occasions professionnelles. D’abord, pendant un an, j'ai été mentor au Centre de mentorat de la Faculté des arts. Ensuite, dans le cadre du Programme fédéral d'expérience de travail étudiant (PFETE), j'ai obtenu un poste d'étudiant au gouvernement en tant que réviseure-rédactrice, emploi qui s’est débouché sur un contrat permanent. Si je n’avais pas été étudiante à l’Université d’Ottawa, je n’aurais pas eu ces expériences professionnelles. De plus, l'environnement bilingue a également été très bénéfique pour ma carrière. Sa communauté très diversifiée et bilingue m’a vraiment aidée à continuer d’être inclusive et ouverte d’esprit et à pratiquer ma langue seconde dans un environnement sans jugement.

Que te réserve l’avenir?

Grosse question! J’ai obtenu un poste permanent à temps plein au gouvernement à titre de réviseure et rédactrice en français et en anglais, et j’adore mon travail jusqu’à maintenant! Cela dit, je reviens à uOttawa pour entamer une maîtrise en espagnol à l’automne. Je crois que si je fais ce que j’aime, quitte à suivre un parcours professionnel atypique aux yeux de la société, les portes s’ouvriront et je serai heureuse. Ma plus grande ambition est de mettre à contribution mes compétences linguistiques en français, en anglais, en espagnol et en allemand pour venir en aide aux autres à l’étranger tout en poursuivant mon engagement bénévole au Canada.

 

Haut de page