Un nouvel institut de recherche interdisciplinaire explore l’impact de la musique sur la santé et le bien-être

Publié le jeudi 23 septembre 2021

Différent patient à l'IRMS

 

On dit que la musique fait du bien à l’âme, et les scientifiques cherchent à mieux comprendre ses effets sur le corps, le cerveau et l’esprit, comme en témoigne le premier rapport de l’Organisation mondiale de la Santé sur la santé et la musique, publié en 2020.

C’est dans ce contexte que le nouvel Institut de recherche en musique et santé de l’Université d’Ottawa (IRMS) s’est donné pour mission d’explorer les effets de la musique sur la santé en développant des connaissances, des pratiques thérapeutiques novatrices et des solutions susceptibles d’améliorer le bien-être des gens.

Le cœur de cette initiative interdisciplinaire, au carrefour de la musique, des sciences de la santé, des sciences sociales, de l’ingénierie et de la médecine? Gilles Comeau, professeur à la Faculté des arts, qui a été nommé directeur de l’IRMS pour un mandat de cinq ans. Il est épaulé par la directrice adjointe Anna Zumbansen, professeure à la Faculté des sciences de la santé, dont l’expertise sera un atout pour l’équipe de direction de l’Institut.

« Notre objectif est de devenir un pôle de recherche incontournable et une référence dans l’étude de la musique et de la santé. Un lieu où les équipes de recherche, cliniques et soignantes, de même que les enseignants et enseignantes en musique pourront échanger et travailler ensemble pour démontrer, d’une manière scientifique, les bienfaits de la musique et de la musicothérapie sur la santé physique, sensorielle, cognitive et mentale », a affirmé Gilles Comeau. 

 

Lire l'article de la Gazette en entier

Haut de page