Séminaires Phipps-Langlois


Le département de Géographie, Environnement et géomatique est heureux de vous inviter aux Séminaires Phipps-Langlois. Toutes et tous sont les bienvenus à ces présentations sur ZOOM.


Les séminaires Phipps-Langlois sont de retour cet hiver avec une belle programmation de conférenciers du département et de la communauté scientifique. Toutes les présentations seront sur ZOOM, le quatrième jeudi du mois et débuteront à 12H00. La conférence d'environ 30 minutes sera suivie d'une période de questions et d'échange. Nous sommes impatients de vous voir nombreux à la version en ligne des Séminaires Phipps-Langlois.

Au plaisir de vous-y rencontrer virtuellement,

Le comité organisateur des Séminaires Phipps-Langlois

 


Hiver 2021 Résumés des présentations et bio des conférencières et conférenciers


CD Headshot

Celeste Digiovanni, PhD Candidate, GEG-ENV

“Consulted to death”: Personal stress as a major barrier to environmental co-management., Celeste Digiovanni, Doctorante, GEG-ENV, uOttawa, 28 Janvier 2021, 12H00, Conférence Zoom

La cogestion est largement considérée comme un moyen d'améliorer la gouvernance environnementale et d'autonomiser les communautés. Lorsqu'elle est efficace, la cogestion renforce la validité et la légitimité de la prise de décision, tout en permettant aux parties prenantes d'exercer une influence sur les processus et les résultats qui les concernent directement. Toutefois, nos recherches auprès de participants à la cogestion dans plusieurs cas nous amènent à affirmer que bon nombre des personnes qui contribuent à la cogestion sont soumises à un stress personnel important découlant des exigences logistiques et sociales/émotionnelles de la participation à ces processus. Nous soutenons que la littérature sur la cogestion n'a abordé ce sujet qu'indirectement, et que le stress personnel est un défi majeur pour les participants qui devrait être intégré dans les programmes de recherche et traité par les décideurs politiques. Dans cet article, nous passons en revue les contours de la question du stress personnel telle qu'elle est apparue dans nos observations des événements de cogestion et dans les entretiens avec les participants. Bien que ces conclusions soient partielles et préliminaires, nous soutenons que le stress personnel a une signification théorique et pratique pour la littérature et la conception de processus au sens large. Nous concluons l'article par des recommandations à l'intention des participants, des chercheurs et des décideurs politiques sur la manière de prendre en compte les problèmes de stress personnel et d'y répondre. (Young et al. (2020) "Consulté jusqu'à la mort" : Le stress personnel comme obstacle majeur à la cogestion de l'environnement. Journal of Environmental Management, Volume 254. https://doi.org/10.1016/j.jenvman.2019.109820.)

Celeste Digiovanni est candidate au doctorat en deuxième année à l'Université d'Ottawa au sein du département de géographie, d'environnement et de géomatique. Elle a obtenu sa maîtrise en sociologie de l'environnement à l'Université d'Ottawa. Elle est la fondatrice de H2Ottawa en partenariat avec le Bureau de la durabilité des campus de l'Université d'Ottawa. Le programme H2Ottawa a été conçu lorsque Celeste a réalisé qu'il était possible d'accroître la durabilité et l'accessibilité de l'eau potable sur le campus. Elle a reçu le soutien de l'Université d'Ottawa et de ses facultés pour piloter un projet dans lequel elle vendait des bouteilles d'eau réutilisables dans les mêmes endroits où l'on s'attendrait à trouver des bouteilles d'eau à usage unique et pour le même prix. Son intérêt pour les questions relatives à l'eau s'est étendu à la gestion des pêches canadiennes. Céleste a été sélectionnée pour travailler sur un projet d'engagement communautaire où elle a étudié la gestion de type cogestion des pêcheries sur la côte ouest de l'île de Vancouver. En interrogeant ces processus, Celeste s'est trouvée intriguée par les résultats accessoires des accords de cogestion. Céleste est également employée par le ministère des Pêches et des Océans dans le cadre du programme de réconciliation autochtone, où elle utilise son expertise pour découvrir les engagements formels de cogestion tels qu'ils sont rédigés dans les traités modernes. Les recherches de Celeste portent sur la mobilisation des connaissances, la durabilité environnementale, les droits des autochtones et la politique scientifique au Canada.

 


V Singhroy.png

Dr. Vern Singhroy, P.Eng.

Radarsat Constellation Mission: Opportunities for infrastructure monitoring, Dr. Vern Singhroy, P. Eng., 25 Février, 2021, 12PM, Conférence Zoom

Le Canada a lancé RADARSAT 1 en 1995 et RADARSAT 2 en 2008. La mission de la Constellation RADARSAT (MCR) a été lancée le 12 juin 2019. La MCR est composée de trois satellites radar identiques en bande C qui volent en constellation. La MCR assurera une couverture complète des terres et des océans du Canada en offrant des visites quotidiennes de presque toute la planète. L'objectif principal de la mission de la Constellation RADARSAT est de répondre aux besoins et aux exigences des ministères utilisateurs du gouvernement du Canada en matière de surveillance maritime, de gestion des catastrophes, de surveillance des écosystèmes et de développement du Nord. Le temps de revisite rapide d'une zone particulière à partir de la MCR permettra de surveiller et de mesurer le mouvement des terres au millimètre près tous les 4 jours à l'aide de techniques d'interférométrie radar (InSAR). Des recherches récentes ont montré que les techniques d'interférométrie radar par satellite sont de plus en plus utilisées pour surveiller les taux de mouvement des terres déclenchés par les inondations géorisques, le changement climatique, etc. Les communautés géospatiales et géotechniques s'intéressent de plus en plus à ces technologies de surveillance innovantes. Les techniques de surveillance InSAR sont également de plus en plus répandues et fiables grâce aux améliorations rapides du traitement des images, à la disponibilité de cibles terrestres cohérentes et aux révisions plus fréquentes des satellites radar. Cette présentation se concentrera sur des études de cas sélectionnées et sur les futures orientations de la recherche au Canada et à l'étranger afin de démontrer le potentiel de l'InSAR pour la surveillance des infrastructures et des corridors énergétiques et de transport essentiels. Vern Singhroy est un expert de renommée internationale en matière d'applications de télédétection radar. Il a été le scientifique en chef du Centre canadien de télédétection de l'Agence spatiale canadienne, pour la mission de la Constellation RADARSAT, lancée en juin 2019. Vern a obtenu son doctorat en ingénierie de l'environnement et des ressources à l'Université d'État de New York, à Syracuse. Il est ingénieur professionnel. Il a publié plus de 250 articles dans des revues scientifiques, des comptes rendus et des livres. Il a été le rédacteur en chef du Canadian Journal of Remote Sensing et il est le co-éditeur de quatre livres, dont l'Encyclopedia of Remote Sensing. Il a récemment publié un livre chez Springer en janvier 2021 sur la télédétection avancée pour la surveillance des infrastructures. M. Singhroy a été professeur d'observation de la Terre à l'Université internationale de l'espace à Strasbourg, en France, et il est professeur adjoint en sciences planétaires et spatiales à l'Université du Nouveau-Brunswick. Vern a reçu la prestigieuse médaille d'or de la Société canadienne de télédétection et la médaille du jubilé de diamant de la Reine Elizabeth pour sa contribution aux applications et à l'enseignement de la télédétection au Canada et à l'étranger

 


Photo Abigail Dalton

Abigail Dalton, Doctorante, GEG-ENV

Glacier Velocities for the Prince of Wales Icefield from 2009 to 2019 , Abigail Dalton, PhD Candidate, March 25,  2021, 12PM, Zoom Conference

Le champ de glace Prince of Wales est situé au sud-est de l'île d'Ellesmere, dans l'archipel arctique canadien. Quatre glaciers d'eau de marée ont représenté ~83% de la décharge totale de glace du champ de glace Prince of Wales dans son ensemble en 2019 : Trinity, Wykeham, Cadogan et Ekblaw. Depuis 2000, les glaciers Trinity et Wykeham n'ont cessé de s'accélérer et, à partir de 2019, le débit hivernal de Trinity est d'environ 1 200 m a-1 et celui de Wykeham d'environ 800 m a-1. Lorsque l'on combine ces vitesses avec les épaisseurs de glace mesurées, on constate que les glaciers Trinity et Wykeham contribuent à environ 50 % de la décharge totale de glace de l'archipel arctique canadien (1,602 Gt a-1), contre environ 22 % (0,55 Gt a-1) en 2000. Le glacier Cadogan a montré une augmentation générale de sa vitesse depuis 2015, tandis que le glacier Ekblaw a été identifié comme étant de type "à impulsion", et se caractérise par des phases pluriannuelles d'accélération et de décélération dans la partie la plus basse du glacier. Les quatre glaciers ont subi un retrait terminal entre 1959 et 2015, ce qui signifie que la perte totale de masse est probablement plus importante que les estimations actuelles le suggèrent. La prédominance des fluctuations de chaque glacier en termes de perte de masse par décharge suggère que ces glaciers réagissent à des forces extérieures. Dans cette étude, nous avons appliqué le speckle tracking à plus de 200 paires de scènes Radarsat-2 co-enregistrées afin de déduire les vitesses de surface hivernales pour les principales sorties du champ de glace entre 2009 et 2019. Compte tenu de leur importance régionale, les travaux en cours combineront l'enregistrement dense des vitesses de surface avec le flux de glace, la topographie basale/de surface et la position du terminus pour étudier les processus à l'origine de la décharge de glace et des changements de vitesse dans la région. Abigail Dalton est candidate au doctorat à l'Université d'Ottawa, sous la direction du Dr Luke Copland et du Dr Wesley Van Wychen. Ses recherches visent à déterminer les processus qui contrôlent la production d'icebergs par les glaciers d'eau de marée sur le champ de glace du Prince de Galles, au sud-est de l'île d'Ellesmere. Ses travaux permettront également de réaliser une étude complète des caractéristiques des icebergs et de leur dérive dans les eaux canadiennes, et d'identifier les risques potentiels liés aux dangers glaciaires pour les navires opérant dans l'Arctique de l'Est canadien.


photograph_-_vik_pant.jpeg

Dr, Vik Pant, Scientifique en chef et conseiller scientifique en chef, Ressources naturelles Canada

Supporting Science and Policy Integration through Data Science and Artificial Intelligence, Dr. Vik Pant, Chief Scientist and Chief Science Advisor, Natural Resources Canada, April 22, 2021, 12PM, Zoom Conference

Partout au Canada, les scientifiques et les chercheurs de RNCan appliquent avec créativité des solutions numériques novatrices pour soutenir le développement durable et la compétitivité du secteur des ressources naturelles du Canada. Cette conférence présentera l'accélération de l'innovation numérique en utilisant la science des données et l'IA pour soutenir la conception et la mise en œuvre des politiques.

Le Dr. Pant est chargé de fournir une orientation stratégique pour renforcer les capacités au sein de la communauté scientifique de RNCan, de promouvoir une vision ministérielle pour la S-T et d'évaluer les besoins futurs. Vik est responsable d'accélérer l'application créative de technologies numériques novatrices, y compris l'intelligence artificielle, afin d'améliorer la capacité de RNCan à mener des recherches et des analyses, ainsi que de fournir des conseils stratégiques fondés sur des preuves et appuyés par des techniques analytiques avancées. Vik travaille avec ses homologues d'autres organisations à vocation scientifique pour s'assurer que la gestion des politiques et des activités de recherche fédérales soutient et s'aligne sur les priorités du gouvernement du Canada.Vik a obtenu un doctorat de la Faculté de l'information (iSchool) de l'Université de Toronto, une maîtrise en administration des affaires avec distinction de l'Université de Londres, et une maîtrise en technologie de l'information de l'Université de Harvard, où il a reçu le Dean's List Academic Achievement Award. Ses recherches, présentées dans de nombreuses revues à comité de lecture et lors de conférences internationales, portent sur la modélisation conceptuelle de la coopération stratégique dans les systèmes multi-agents complexes. Vik a rejoint RNCan après avoir travaillé au MaRS Discovery District, un accélérateur de démarrage technologique à Toronto, où il était conseiller technique principal en intelligence artificielle appliquée. Avant cela, il a occupé progressivement des postes stratégiques dans des entreprises de logiciels de premier plan, notamment Oracle, SAP et Open Text.



Hiver 2020 Résumés des présentations et bio des conférencières et conférenciers



 

Dr. Michael Bordt

Dr. Michael Bordt,
Senior Economic Advisor on Ocean Accounts
Fisheries and Oceans Canada

Accounting for ocean sustainability, Dr. M Bordt, Senior Economic Advisor on Ocean Accounts, Fisheries and Oceans Canada, January 30, 2020, 12PM, SMD125

"Rendre compte de la durabilité des océans " implique trois domaines de pensée distincts : (a) " comptabilité " est la représentation cohérente des preuves ; (b) " océan " peut être considéré comme insondable, mais est étudié par de multiples disciplines de multiples façons, et (c) " durabilité " est un concept imprécis souvent utilisé pour encourager le dialogue entre différentes disciplines (économique, écologique, sociologique, politique, etc.). Le séminaire sera l'occasion d'en discuter plus en détail, en m'appuyant sur mon expérience en comptabilité environnementale et économique, y compris la comptabilité écosystémique, sujet de ma récente recherche doctorale. Nous soutenons qu'il est important d'obtenir des données probantes et de fournir des approches normalisées pour s'assurer qu'elles peuvent être intégrées entre les disciplines et au fil du temps. Marc Saner et moi avons exploré l'espace moral de la mesure de la terre et les métaphores alternatives de la "durabilité". Nous soutenons qu'une approche comptable de la durabilité est nécessaire pour assurer la prise en compte des flux positifs et négatifs entre les personnes et l'environnement. Ces deux éléments ont contribué aux progrès que j'ai accomplis dans l'élaboration d'un cadre statistique pour les comptes océaniques. Cela favorise la fourniture d'informations intégrées et cohérentes sur l'océan pour étayer les décisions et la planification en vue de son utilisation durable.

Michael Bordt est le conseiller économique principal sur les comptes des océans à Pêches et Océans Canada depuis juillet 2019. Son rôle principal à ce poste est de soutenir les études pilotes sur le développement de statistiques intégrées pour l'utilisation durable de l'océan. Auparavant, il a été conseiller régional pour les statistiques de l'environnement à la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l'Asie et le Pacifique (CESAP), le siège régional des Nations Unies. À ce titre, il a élaboré des supports de formation sur le système de comptabilité économique environnementale (SEEA) des Nations unies et a fourni une formation directe et une assistance technique à 20 États membres sur la mise en œuvre du SEEA. L'un de ses récents travaux de recherche a porté sur l'adaptation et l'expansion du SEEA pour la comptabilité des océans afin de répondre aux exigences de la directive SDG14. Il a été directeur adjoint de la Division des comptes et des statistiques de l'environnement de Statistique Canada de 2006 à 2012. Il est titulaire d'un doctorat en géographie (comptabilité des écosystèmes) de l'Université d'Ottawa (2017). Il est membre du Comité technique des écosystèmes du SEEA et coprésident fondateur du Partenariat des comptes mondiaux des océans, dont l'Université d'Ottawa est membre. Email: mbordt@gmail.com https://oceanaccounts.org
 

Will Kochtitzky

Will Kochtitzky
Doctorant au Laboratoire de recherche cryosphérique
Université d'Ottawa

Surging glaciers and outburst floods; connections to climate and hazards to people, Donjek Glacier, Yukon, Will Kocktitzky, Étudiant PhD, Département de géographie, environnement et géomatique, uOttawa, 13 Février, 2020, 12h00, SMD125

Le glacier Donjek, au Yukon, a subi huit crues depuis les années 1930, où le glacier avance rapidement après des années de stagnation. Au cours des dernières décennies, ces crues ont partiellement endigué la rivière Donjek, créant de petits lacs (<2,2 km2). Plus récemment, la crue de 2012-2014 a créé un lac qui s'est drainé à l'été 2017, puis s'est rempli et vidé à nouveau à l'été 2018 et à l'été 2019. Nous avons utilisé une série d'observations de télédétection pour quantifier l'impact des évènements de crues sur la superficie et l'épaisseur du glacier. De plus, nous montrons comment les changements dans la dynamique des crues de glaciers ont un impact sur la rivière Donjek et provoquent la formation de lacs.  Depuis 1993, les inondations causées par le débordement du lac glaciaire sont devenues plus dangereuses lorsqu'elles se produisent à travers ou sous le glacier en brisant un barrage de glace, comparativement au drainage qui s'est produit graduellement à cause de l'avancée du glacier qui a déplacé le lac avant les années 1990. Bien qu'il soit peu probable qu'un lac se forme de nouveau avant une crue glaciaire dans les années 2020, les futures crues du glacier Donjek sont encore susceptibles de créer des lacs terminaux, ce qui nécessite une surveillance continue de cette activité et de la formation des lacs.

Will Kochtitzky est actuellement doctorant au Laboratoire de recherche sur la cryosphère de l'Université d'Ottawa, sous la direction du Dr Luke Copland. Le projet de doctorat de Will vise à mieux comprendre comment et pourquoi les glaciers évoluent dans un climat de réchauffement à travers l'Amérique du Nord. Will a obtenu sa licence en sciences de la terre au Dickinson College, en Pennsylvanie, où il a rédigé une thèse qui a permis d'améliorer le relevé des changements de la calotte glaciaire à Nevada Coropuna, au Pérou, afin de mieux prévoir les changements futurs de l'approvisionnement en eau tropicale. Il est ensuite entré à l'université du Maine en tant que chercheur diplômé de la Fondation nationale des sciences, où il a travaillé avec les docteurs Gordon Hamilton et Karl Kreutz. Les recherches de Will dans le cadre de sa maîtrise ont porté sur la compréhension des poussées du glacier Donjek, au Yukon, depuis les années 1930. Will a rejoint l'Université d'Ottawa pour ses études de doctorat en septembre 2019 en tant que boursier Vanier. Les intérêts de recherche de Will sont de combiner les observations sur le terrain et par satellite pour mieux comprendre les changements des glaciers dans le monde. Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
Email; wkoch063@uottawa.ca   https://cryospheric.org/people/will-kochtitzky/ 

 

Dominique Souris

Dominique Souris,
Youth Climate Lab

Innovative Finance in addressing Climate-Induced Loss and Damage, Dominique Souris, Youth Climate Lab, 27 février, 2020, 12h00, SMD125

Des financements et des investissements importants sont nécessaires pour aider les pays les plus vulnérables du monde à atténuer le changement climatique et à s'y adapter. Dans le cadre de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), les pays développés se sont engagés à mobiliser 100 milliards de dollars par an d'ici 2020. Aujourd'hui, il est de plus en plus évident que ces pays sont loin de tenir leurs engagements et que l'objectif collectif n'est qu'une fraction des coûts réels du changement climatique. Cette étude explore le rôle de l'innovation dans le déblocage du financement climatique pour les pays les plus vulnérables du monde, et fait valoir que le financement climatique innovant a le potentiel de combler les lacunes des engagements de financement climatique dans le cadre de la CCNUCC. Pour ce faire, elle met en évidence trois tendances importantes. Premièrement, il y a un intérêt croissant, et une incertitude, à interpréter l'innovation dans le contexte de la gouvernance mondiale du financement climatique, en particulier en ce qui concerne la nature et le rôle émergent qu'elle joue au sein de la CCNUCC. Deuxièmement, les approches de financement innovantes des pays en développement, à savoir les Seychelles et le Bangladesh, influencent la gouvernance mondiale du climat. Troisièmement, il y a un grand intérêt à approfondir la compréhension de l'innovation dans le contexte du financement climatique, notamment en identifiant les éléments clés et les obstacles aux progrès des approches innovantes. L'étude met en évidence les opportunités, les obstacles et les défis de l'innovation dans la gouvernance du financement climatique mondial.
Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Infatigable militante pour le climat et défenseur de la jeunesse, Dominique est la co-fondatrice et directrice exécutive du Youth Climate Lab (YCL), une organisation mondiale à but non lucratif basée au Canada qui travaille à accélérer les politiques, les projets et les entreprises climatiques menés par les jeunes. Dominique est également un façonneur mondial du Forum économique mondial (FEM) et un membre du conseil d'administration de la Foundation for Environmental Stewardship. Elle siège également au Conseil de direction du Réseau des solutions de développement durable (SDSN)-Canada et à l'Initiative des leaders pour une prospérité intelligente. Dominique est titulaire d'une licence en études environnementales et d'une maîtrise en gouvernance mondiale. En 2018, Dominique a été nommée parmi les 25 meilleurs environnementalistes de moins de 25 ans au Canada et parmi les 100 meilleurs leaders visionnaires mondiaux. Elle a également reçu le Young Alumni Award de l'Université de Waterloo, au Canada. Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
Email: dominique@youthclimatelab.org https://www.youthclimatelab.org

.

Matthew Kurtz

Dr. Matthew Kurtz
Département de géographie, environnement et géomatique

Job-Tenure among Immigrants in Canada, Matthew Kurtz, Département de géographie, environnement et géomatique, uOttawa, 12 mars, 2020, 12h00, SMD125

Comment comparer des pommes et des oranges ? Ce genre de problème se pose si l'on veut comparer la durée du séjour dans une entreprise d'immigrants hautement qualifiés occupant un poste permanent et de salariés nés au Canada se trouvant dans une situation similaire. Pourquoi vouloir poursuivre une telle comparaison ? Les professionnels des ressources humaines des grandes entreprises d'Ottawa ont déclaré que les immigrants ont tendance à rester plus longtemps avec eux. Pourtant, cela est difficile à vérifier avec les données de l'enquête sur la population active (EPA), en partie parce que les immigrants adultes - en particulier ceux de la catégorie des travailleurs qualifiés (fédéral) - ont tendance à introduire une pause dans leur carrière et leur durée d'emploi lorsqu'ils s'installent au Canada. La comparaison est donc un peu comme comparer des pommes et des oranges : presque par définition, les immigrants adultes afficheront une moyenne de durée d'emploi significativement plus courte dans la plupart des échantillons simples de l'EFT. Néanmoins, cette présentation présente une méthodologie originale et innovante conçue pour utiliser huit années de micro-données de l'EFT (2006-2013) afin d'évaluer si les immigrants adultes hautement qualifiés ont tendance à rester chez leur employeur plus longtemps que les travailleurs hautement qualifiés nés au Canada. Les résultats suggèrent que c'est le cas.
Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Le Dr Matthew Kurtz est consultant en recherche et professeur à temps partiel à l'Université d'Ottawa. Avant de s'installer au Canada, il a été professeur à plein temps à l'université d'Alaska, puis à l'Open University en Grande-Bretagne. Ses recherches portent sur l'histoire de l'environnement, la géographie du travail et des finances, et la généalogie de la production de connaissances économiques en Amérique du Nord au XXe siècle. Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
Email: mkurtz@uOttawa.ca 

Haut de page