Nouvelle publication par Sufeng Xu

Publié le mercredi 5 février 2020

Cet article examine la vie et la poésie de Wang Wei, l’une des courtisanes poètes les plus distinguées de la dynastie Ming. En examinant sa carrière de courtisane, ses réseaux d’amitié dans les cercles littéraires et son adoption de multiples identités telles que xianren (dilettante), daoren (personne du Dao) et shiren (poète), il cherche à illustrer ce que je crois être une raison importante de l’épanouissement de la culture des courtisanes et des lettrés Ming. L’importance croissante des courtisanes érudites et lettrées était étroitement liée à une nouvelle formation sociale de lettrés non conformistes, les « hommes de la montagne » (shanren). Ces élites urbaines non officielles de la région prospère du Jiangnan se sont inventés comme des lettrés à la retraite, se consacrant à l’art, aux loisirs et à l’invention de soi, au lieu de servir le gouvernement. En construisant une « contre-culture artistique et hédoniste », ils ont encourage la participation des courtisanes et des femmes lettrées de la classe bourgeoise.

Haut de page