Nos étudiants diplômés

Publié le mardi 18 août 2020

Photo de Matthew-John Knights

10 questions pour : MATTHEW-JOHN KNIGHTS

 

1. Quel est votre programme? En quelle année êtes-vous ?

Je viens de compléter ma deuxième année de Maîtrise en musique, avec un profil en composition.

 

2. Quels sont vos projets pour l’année prochaine?

Je commence un doctorat en musique à l’Université de Colombie-Britannique avec Dorothy Chang.

 

3. Quels sont, selon vous, les avantages à suivre le programme de MMus ?

L’avantage principal a été pour moi l’opportunité de commencer une carrière. J’ai été encadré comme un professionnel, non comme un étudiant, et j’ai à présent en main les outils nécessaires et surtout l’expérience pour pouvoir travailler à un niveau professionnel.

 

4. Durant vos études à l’Université d’Ottawa, avez-vous eu l’opportunité d’interpréter votre musique?

Oui, lors de mon récital, mais également à l’occasion des récitals du GMSA et pendant la compétition de 13 Strings.

 

5. Quel professeur a eu le plus d’impact sur vos études ?

Kelly-Marie (Pr. Murphy) a réellement eu un impact important sur mes études. Elle est toujours là pour moi, m’apporte son aide et son soutien. Mais elle me pousse également vers de nouveaux territoires artistiques et vers de nouvelles opportunités.

 

6. Quels sont les styles musicaux que vous préférez composer ? Et pour quel genre d’ensemble ?

J’aime les styles lents, lyriques, ainsi que les pièces de paysage sonores et les pièces nébuleuses. L’ensemble pour lequel j’ai préféré composer jusqu’à présent est l’ensemble mixte Standing Wave, qui utilise flûte/ flûte alto, clarinette,/clarinette basse, violon, violoncelle, marimba/vibraphone/cymbale, et piano.

 

7. Quel a été le moment le plus important de votre carrière musicale / études musicales?

Lorsque j’ai gagné le concours de 13 Strings. C’était le premier concours que je gagnais. J’ai alors eu le sentiment d’avoir une vraie chance de faire carrière dans le monde compétitif de la musique nouvelle.

 

8. Qu’est-ce que vos études ici vous auront permis d’apprendre sur vous-même ?

J’ai appris à avoir confiance en moi et à suivre mon instinct de compositeur. Je sais ce que je veux pour mes compositions, en particulier lorsque je suis réellement à l’écoute de mes idées. Mes professeurs et mentors m’ont offert ce cadeau : rester confiant et suivre ses intuitions, ses idées pour créer de la bonne musique.

 

9. À quoi ressemble votre processus créatif? Comment trouvez-vous l'inspiration pour écrire et comment exprimez-vous une certaine émotion à travers votre musique?

Au début, je commence par un petit jeu un peu enfantin. Je m’assieds au piano et je frappe et joue avec les clés. Je joue différentes notes jusqu’à trouver celles qui me plaisent, et je reporte tout sur papier. Lorsque j’ai des idées que j’aime, je passe beaucoup de temps sur mon ordinateur à écouter les simulations des notations musicales que j’ai transcrites. À partir de là, la direction à prendre pour poursuivre la création de cette musique devient évidente. C’est comme si la musique me disait où aller. Lorsque j’écoute la musique que j’écris, je sais immédiatement si c’est « bon ou mauvais », et je peux ensuite corriger pour améliorer la pièce de musique que je crée.

 

10. Quel impact la situation actuelle a-t-elle eu sur vos études? Que-ce qui vous a été utile dans cette situation?

Pour être honnête, le virus n’a pas vraiment eu d’impact négatif sur mes études. Il n'était plus nécessaire que je sois physiquement présent à mes cours et à mes deux emplois, et j’ai eu par conséquent davantage de temps pour me consacrer à tous mes projets. Ce temps supplémentaire est un cadeau pour plusieurs raisons. En revanche, je reconnais qu’être à l’intérieur tout le temps est un petit peu oppressant. Composer m’aide car cela me tient occupé, et me permet de me sentir normal dans un monde qui a complètement changé.

 

Nathalee Jacques

Haut de page