Pleins feux sur Yehonatan Berick - motiver les étudiants, même à distance

Publié le lundi 1 juin 2020

Photo de Yehonatan Berick

Quand, il y a quelques mois, les leçons en personne ont été annulées et remplacées par des leçons en ligne, notre professeur de violon Yehonatan Berick n’a pas hésité. Il a immédiatement décidé d’offrir des leçons en ligne gratuites, jusqu’à la fin de cette crise, non seulement à tous ses étudiants mais aussi aux autres violonistes de la communauté ainsi que du monde entier. « Nous vivons un moment hors de l’ordinaire », explique-t-il. « C’est un peu comme vivre en zone de conflit; nos vies sont menacées, et on ne sait pas quand cela finira. J’ai pensé que pour combattre l’isolement, nous devions nous soutenir les uns les autres… Pour un professeur de musique, cela signifie enseigner, motiver, encourager, et même consoler. Pour un étudiant en musique, avoir des leçons régulières signifie avoir une structure de travail, ainsi que des objectifs à réaliser ».

 

M. Berick, clairement, tente de tirer de cette situation de pandémie mondiale une expérience éducative positive, offrant à ses étudiants la chance d’accélérer leur progression avant même que la prochaine session ne débute. Après une grave blessure au dos qui l’a forcé, en 2015, à enseigner par Internet depuis sa maison, Yehonatan Berick a eu l’opportunité d’explorer l’art de l’enseignement à distance en profondeur – et ce non seulement d’un point de vue technologique mais aussi en termes pédagogiques. Il explique que bien qu’il y ait bien sûr des inconvénients à l’enseignement en ligne, comme par exemple la qualité du son et les délais de transmission, « certains éléments deviennent en fait plus clairs, et on découvre parfois des aspects du jeu de l’étudiant qui nous étaient autrement dissimulés ».

 

Cet acte de générosité n’est pas une instance isolée de la part de ce professeur à plein temps : il avait déjà la réputation d’être très engagé auprès de ses étudiants et de créer un milieu positif, sain et encourageant pour eux. En conclusion, lorsqu’interrogé sur les impacts à long terme de la pandémie sur le champ de la musique classique, il répond qu’il se sent optimiste, et pense que le désir du public d’entendre de la musique en concert ne fera que s’en accroître; il pense aussi que les collaborations musicales seront plus recherchées que jamais quand la distanciation sociale prendra fin.

 

Avery Morris (traduction : David Jalbert)

Haut de page