Description of graduate courses

Summer 2020

PHI 5336 B: German Philosophy

Summer 2020

 

PHI 5336 B: German Philosophy (3 crédits)

Critics of Enlightenment in German Philosophy

Professor: Sonia Sikka

Monday-Wednesday – 13:00-15:50, room TBT 0021

 

Course description:
 

Although it is now commonly recognized that there is no such thing as “the” Enlightenment, given the diversity of voices and views to which this label has been applied, the idea of Enlightenment continues to represent a certain epistemological, moral and political ideal.  Above all, it stands for rationality and autonomy, as opposed to the forces of unreason and blind submission to authority.  Prima facie, such values seem unimpeachable, but the devil is in the details.  This course examines the thought of four German philosophers who problematize the descriptive and normative claims of ideas associated with Enlightenment in different ways.   A central theme in our examination will be the nature and status of the faculty of reason in relation to other elements of individual and social life:  emotions, passions and drives; traditions, culture and social habit.   An equally important line of exploration will be what some scholars have identified as the dark side of Enlightenment ideals:  a universalism that masks racism and Eurosupremacism; a form of instrumental rationality that cloaks the desire for limitless mastery, whether over others, the self, or nature.

 

ÉVALUATION

- In-class presentation, submitted as short essay (20%)

- Either two essays of 2,500-3,000 words or single term paper of 5,000-6,000 words on approved topic.  Students will have a choice between these options.

 

BIBLIOGRAPHIE

•           Immanuel Kant, “What is Enlightenment?” (1784)

•           Johann Gottfried Herder:

•          Yet Another Philosophy of History (1774)

•          Extracts from Ideas for a Philosophy of the History of Mankind (1784-1791)

•          Extracts from Letters on the Advancement of Humanity (1793-1797)

•           Friedrich Nietzsche:

•          Extracts from The Gay Science (1882)

•          The Genealogy of Morals (1887)

•           Theodor Adorno, Dialectic of Enlightenment (1947)

•           Martin Heidegger:

•          The Question Concerning Technology and Other Essays (1977, translates essays composed in the 1950s)

•          “Building Dwelling Thinking” (1954)

Fall 2020

PHI 5731 A: Philosophie ancienne I

PHI 5731 A: Philosophie ancienne I (3 crédits)

L’infini chez Aristote

Professeur: Antoine Côté

Jours et heures: À déterminer

 

Description:
 

Ce cours prendra la forme d’une lecture suivie de la Physique d’Aristote, livre III, chapitres 5 à 8, où le Stagirite s’interroge sur la question de savoir s’il existe des grandeurs infinies dans la nature. Sa réponse est que si le physicien doit admettre que certains types de grandeurs (ou, plus exactement, certains processus et certaines séries) sont infinies en puissance, aucune grandeur dans l’ordre naturel ne saurait être infinie en acte. Pourtant une telle solution, malgré son caractère tranché et son apparente clarté, soulève de nombreux problèmes dont le moindre n’est pas qu’elle paraît difficilement conciliable avec d’autres thèses d’Aristote, auxquelles celui-ci semble tenir tout autant qu’à sa théorie de l’infini. Qu’est-il en définitive ? Pour tenter d’y voir plus clair, nous serons amenés à examiner, outre les exposés se rapportant directement à l’infini, comme celui de Physique III, 5-8, sa doctrine du continu, sa réponse aux paradoxes de Zénon et sa réfutation de l’atomisme, sa doctrine de l’espace et du temps, ainsi que sa conception de l’infini mathématique. 

ÉVALUATION

À déterminer

BIBLIOGRAPHIE

•           À déterminer

PHI 5343 A: Metaphysics

PHI 5343 A: Metaphysics (3 crédits)

Aristotle, Heidegger and Derrida on Life and World

Professor: Francisco Gonzalez

Day and Time: TBA

 

Course description:
 

What does it mean to be in a or the ‘world’? Is there such a thing as the world, the one world in which we find ourselves with others, the one common world that we share with others? And what in this case does this word ‘world’ refer to? Do we have any experience of ‘the world’? And who are the ‘others’ with whom we are supposed to share one world? Only other human beings? Other ‘animals’? Other ‘living things’?

The three texts through which I wish to approach these questions could not be more different, indeed do not seem to share the same world: Aristotle’s De motu animalium, Martin Heidegger’s 1929-30 seminar Basic Concepts of Metaphysics, and Jacque Derrida’s very last seminar (2002-2003), The Beast and the Sovereign. Yet all in their very different ways address the above questions.

Aristotle’s text is concerned with animal locomotion, i.e., with the conditions that enable animals to move through their world. Significantly, he must also address the conditions of there being a world at all within which animals can move. Finally, Aristotle here does not make, or at least does not insist on, any distinction between how animals move through and inhabit the world and how human beings do so.

In his seminar, bearing the subtitle World, Finitude, Solitude, Heidegger pursues a question addressed two years earlier in Being and Time: the question of what it means for that being we are, Dasein, to be-in-the-world. In this seminar, however, Heidegger confronts a question ignored in Being and Time: if our being is by definition a being-in-the-world, what about those animals unlike us? Do we not share a world with them? Are they not “in the world”? Heidegger answers these questions with a clear thesis: only human Dasein is ‘world-forming’: non-living things like rocks are ‘wordless’ while animals are ‘world-poor’. One could say that Heidegger defends his claim that ‘being-in-the-world’ is a characteristic of all human Dasein only at the cost of denying this to ‘animals’ taken as a whole.

Derrida finds in Heidegger’s thesis a gesture that has characterized the metaphysical tradition as a whole: that of defining human being in terms of ‘powers’ denied ‘animals’ taken as a whole and thereby assigning to human beings a certain sovereignty and mastery over these ‘animals’ as well as over the ‘animal’ in themselves. But it is this gesture that Derrida in many writings and arguably throughout his career sought to bring into question, and indeed even in the very way in which he conducts his seminar (no counter-thesis defended ‘philosophically’, but a reading of Heidegger’s seminar along with Daniel Defoe’s Robinson Crusoe!). This is not because he wishes to return to ‘animals’ powers denied them by the metaphysical tradition. Rather he seeks to bring into question the very talk of ‘powers’ and ‘sovereignty’ as principles of distinction and exclusion. He seeks to bring into question the very idea that the word ‘animal’ names some real ‘essence’ that amoebas and monkeys have in common that distinguishes both from ‘humans’.  But he thereby also seeks to bring into question the very idea of a human ‘essence’, of there being something we humans all have in common, of there being indeed one ‘world’ we all have in common that can ground our relations to one another. What if we animals, the animals that we ourselves are, are neither bound nor distinguished by any common ‘essences’ or ‘powers’, are not supported and sustained by any ‘common world’, but rather are faced with the task, always incomplete and fragile, of speaking to one another (and yes, perhaps, other animals ‘speak’) from our dispersed Robinson Crusoe islands, islands that far from making us sovereign, only make us irremediably mortal.

By thus letting these very different texts confront each other across the oceans that separate them, it is my hope that we will at least be provoked into reflection on what it means to be in the world and on what our relation is to the other livings things, human or not, that (we think) co-habit it.

EVALUATION

Evaluation will take the form of weekly analyses of the texts read, a seminar presentation, and a major final research paper.

BIBLIOGRAPHY

•           Aristotle, Parts of Animals, Movement of Animals, Progression of Animals, trans. A. L. Peck and E. S. Forster (Loeb Classical Library);

•           Martin Heidegger, The Fundamental Concepts of Metaphysics: World, Finitude, Solitude, trans. William McNeill and Nicholas Walker (Indiana University Press);

•           Jacques Derrida, The Beast and the Sovereign, vol. II, trans. Geoffrey Bennington (University of Chicago Press)..

PHI 5743 A: Métaphysique I

PHI 5743 A: Métaphysique I (3 crédits)

Vérité, réalité, universalité. Étude de la querelle contemporaine entre réalisme et idéalisme à propos de la notion de vérité

Professeur: Isabelle Thomas-Fogiel

Jours et heures: À déterminer

 

Description:
 

Dans son livre : Un sage est sans idée, François Jullien pose à la philosophie une question abrupte : « Fallait-il faire une fixation sur la vérité ? ». La formulation est radicale qui ne demande plus : « qu’est ce que la vérité ? » mais : «  pourquoi la vérité »? Il ne s’agit donc pas, pour Jullien, d’exprimer une fois de plus, sur le modèle du relativisme post-moderne, la forte lassitude que notre siècle a pu éprouver face à la difficulté à définir la vérité, difficulté elle-même induite par la diversité des définitions qui ont pu être données au cours de l’histoire (adéquation, dévoilement, cohérence, utilité, etc.) ; il s’agit bien plutôt de déclarer sereinement : après tout, qu’avons-nous à faire de la vérité et pourquoi la philosophie s’est elle entichée de cette notion ?Le but ultime de ce cours sera de répondre à cette question, mais en la conjuguant au présent : faut il encore, en philosophie, faire une fixation sur la notion de vérité ?

Nous aborderons cette vaste question de la vérité à partir d’une focale particulière qui est la querelle de l’idéalisme et du réalisme dans la philosophie la plus contemporaine. Certes, les philosophes qui, aujourd’hui, revendiquent explicitement le terme « idéaliste » semblent rares. L’adjectif ne semble plus devoir désigner que des penseurs du passé : les représentants de l’idéalisme allemand, puis, au début du vingtième siècle, Bradley et Husserl. Mais si l’idéalisme paraît moins affiché aujourd’hui qu’hier, cela ne signifie pas qu’il ait disparu des livres nouvellement écrits, loin s’en faut. En effet, depuis une trentaine d’années, le terme est abondamment mobilisé par la pléthore de philosophes qui se réclament du « réalisme », lequel représente la « constellation conceptuelle » majeure de notre début de vingt-unième siècle, comme l’idéalisme avait incarné celle du début du dix-neuvième. Or les réalistes contemporains éprouvent le besoin de se situer sans cesse par rapport à l’idéalisme, dont ils font le principal l’ennemi du réalisme. Il n’est pour s’en convaincre que de citer Bouveresse qui définit le réalisme comme « se méfier systématiquement de l’idéalisme »[1], Tiercelin qui parle de la « puissante menace idéaliste qui pèse aujourd’hui, y compris sur la science et en particulier la physique »[2], ou encore Meillassoux qui voit, dans l’idéalisme kantien et ses multiples variantes, une « catastrophe »[3]. On peut, de même, relever, du côté de la phénoménologie la plus contemporaine, la reprise quasi obsessionnelle d’un même titre, celui de « révolution anti-copernicienne » (Richir, Romano, Pradelle). Bref, une grande partie de la philosophie de ces trente dernières années a remis sur le devant de la scène la querelle de  l’idéalisme et du réalisme, mais de manière éminemment réactive puisque l’idéalisme ne sert plus au réalisme qu’à se poser en s’opposant, à se déterminer en rejetant, à s’identifier en excluant.

Le cours s’interrogera donc sur ces définitions que l’on trouve de l’idéalisme dans le réalisme contemporain et confrontera ces actuelles définitions à la réelle histoire du terme « idéalisme » (Leibniz, Kant, Fichte, Hegel et Husserl, puis chez les contemporains : Bitbol). Il montrera comment à travers ce renouveau actuel de la querelle entre idéalisme et réalisme, c’est la définition même de la notion de vérité qui se rejoue sur la scène contemporaine. Le cours, en outre, proposera une nouvelle méthode pour aborder ce classique problème de la vérité à savoir une philosophie de l’histoire de la philosophie.

Le triple enjeu du cours est donc de parvenir à une claire représentation de ce qu’il faut entendre par idéalisme et réalisme en philosophie, de proposer une réflexion sur la notion de vérité et pour ce faire de thématiser une nouvelle méthode en philosophie.

Évaluation

1) Un dossier à composer à la maison sur un ou des auteurs du cours en rapport avec la question de l’idéalisme et du réalisme ou de leur conception de la vérité ou encore en rapport avec la notion de philosophie de l’histoire de la philosophie. Chaque étudiant pourra choisir dans un ensemble de sujets proposés par le professeur. L’étudiant pourra également en proposer d’autres, qui seront acceptés, après discussion, s’ils sont pertinents. Ce dossier est un exercice d’entrainement à la recherche (30% de la note globale).

2) Un exposé oral (30%)

3) Une dissertation de fin d’année (travail fait à la maison) à remettre après la fin des cours. La date exacte sera précisée par l’administration. (40% de la note globale)

Bibliographie

Une bibliographie complète sera donnée en  début d’année. Voici quelques titres à titre d’indication sommaire :

a) Réalisme :

J. Austin : Le langage de la perception, Paris, Vrin 2007

H. Putnam : La triple corde, Paris, Vrin, 2017.

C. Tiercelin : Le ciment des choses, petit traité de métaphysique réaliste scientifique, Ithaque, 2011

J. Bouveresse : Les philosophes et le réel, Paris, , Hachette Littératures, 1998.

Q. Meillassoux, Après la finitude, Paris, Seuil, 2006.

b) Idéalisme :

M. Bitbol Maintenant la finitude. Peut- on penser l’absolu ? Paris, Flammarion, 2019

J.M Salanskis : La voie idéale, Paris, PUF, 2019

E. Husserl : Méditations cartésiennes, (toutes éditions)

R. Brandom : Rendre explicite, Paris, Cerf, 2011.

 

[1] Le Philosophe et le Réel, Hachette Littératures, 1998, p.35.

[2] Le ciment des choses. Petit traité de métaphysique scientifique réaliste,  Ithaque, 2011 p. 28.

[3] Après la finitude, Seuil 2006.

PHI 5345 A: Ethics I

PHI 5345 A: Ethics I (3 crédits)

Ethics and Analysis

Professor: Paul Forster

Day and Time: TBA

 

Course description:
 

In the growing literature on the methods of philosophical analysis that dominated the last century, little attention has been given to discussions of ethics.  In this course we will examine the significance of, and connections among, works by four influential thinkers, in an effort to better understand analytic philosophy, its history and its prospects.  The figures are:  1) G. E. Moore, whose Principia Ethica helped inaugurate analysis as a philosophical method.  2) Ludwig Wittgenstein who, in contrast to Moore, argues that there are no ethical truths or falsehoods—that ethical propositions lack sense.  3) John Dewey, who defends a naturalistic conception of ethics that avoids the “naturalistic fallacy” Moore highlights, provides an alternative to the non-cognitivism of Wittgenstein and renders ethical debate amenable to resolution by experimental methods.  4) C. L. Stevenson, a student of both Moore and Wittgenstein strongly influenced by Dewey, who defends emotivism—the view that normative ethical issues involve personal and social decisions about what is worthy of approval, decisions that, though inseparably connected to factual knowledge, do not themselves issue from knowledge.

EVALUATION

(i) 1-2 pages of questions and commentary every week, due the day before each class

(ii) 1 major paper produced in stages throughout the term with the aim of having each student produce a paper suitable for publication in at least a graduate student journal.

            Stage 1: Project Proposal:  A one-page discussion of the question to be investigated in the final paper.   Stage 2:  Outline: A three-page outline that articulates the argument of the final paper, gives one or two major objections to the argument and outlines the responses to the objections.  Stage 3: Workshop:  An exchange of outlines with at least two classmates.  Each outline receives 1-2 pages of typed comments from each of one’s partners.  Stage 4: Draft:  A draft of 4-5000 words that presents the full argument of the paper and makes use of the feedback received in the workshop.  Students will receive feedback and suggestions for improvement from the professor and are encouraged, but not required, to exchange drafts with other student’s for further comments and suggestions.  Stage 5: Final Essay: Final draft, incorporating the feedback on the draft.

BIBLIOGRAPHY

•           G. E. Moore’s, Principia Ethica (selections, especially Chapters 1, 2, 4, 6) (fair use or Prometheus Books edition)

•           Ludwig Wittgenstein,  Tractatus Logico-Philosophicus (especially remarks 6.0-7), Notebooks 1914-1916: 77-80 , “Lecture on Ethics”, “Lectures on Aesthetics-I and II)

•           John Dewey, The Moral Writings of John Dewey (Prometheus Books)

•           C.L. Stevenson: Facts and Values: Essays in Ethical Analysis (selections), and Ethics and Language (selections).

PHI 5748 A: Philosophie de l’histoire I

PHI 5748 A: Philosophie de l’histoire I (3 crédits)

De la fin de l’histoire à l’âge de l’Anthropocène : une nouvelle philosophie de l’histoire pour le XXIe siècle?

Professeur: Daniel Tanguay

Jours et heures: À déterminer

 

Description:
 

Alors que les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix ont été marquées à la fois par l’annonce de la fin et la mort des grands récits et par la reprise vigoureuse et contestée par Francis Fukuyama du thème hégéliano-kojévien de la fin de l’histoire, nous assistons aujourd’hui à un renouveau de la spéculation sur le sens de l’aventure humaine d’une branche de savoir qui est à la fois tout aussi éloignée des tenants de la déconstruction moderne que des prophètes de la mondialisation libérale : les sciences du climat ou, plus exactement, les sciences du « Système Terre ». Dans un petit texte qui a fait époque, le prix Nobel de Chimie et spécialiste du climat, Paul Crutzen et le biologiste, Eugene F. Stroemer, annonçaient en 2000 que l’humanité avait désormais quitté l’époque géologique qui a marqué l’histoire humaine depuis 12,000 ans pour entrer dans une nouvelle époque géologique qu’ils ont baptisé, l’Anthropocène, signalant par cette expression que l’humanité serait devenue rien de moins qu’un agent géologique qui est en train de perturber à grande échelle les équilibres millénaires du Système Terre actuel. En 2007, dans un article collectif, Paul J. Crutzen, Will Steffen et l’historien de l’environnement, John R. McNeill, précisent le sens qu’ils accordent à cette nouvelle époque : « Le terme Anthropocène suggère que la Terre a maintenant quitté son époque géologique naturelle, l’état interglaciaire actuel appelé Holocène. Les activités humaines sont devenues si généralisées et profondes qu’elles rivalisent avec les grandes forces de la nature et qu’elles poussent la Terre dans une terra incognita planétaire. Le terme évolue rapidement vers un état de moins grande biodiversité, moins forestier, plus chaud et probablement plus humide et plus tempétueux. »  (cité par  Alexander Federau, Philosophie de l’Anthropocène,  p. 106-107). La crise globale environnementale serait ainsi le symptôme que l’activité humaine est en train de changer le cours de l’histoire naturelle du globe, créant peut-être un nouvel équilibre dans la biosphère qui serait moins favorable à la survie de l’espèce humaine.

Cette annonce de l’avènement de l’anthropocène a frappé les imaginations et a suscité de vigoureux débats dans des domaines aussi variés que les sciences du climat et de l’environnement, la géologie, la biologie, ou encore dans la vaste nébuleuse des « humanités environnementales » (histoire de l’environnement, géographie, philosophie de l’environnent, écologie politique, etc.). Différents aspects de ces débats ont déjà été examinés par une littérature abondante et de qualité. J’aimerais pour ma part approfondir dans ce séminaire un aspect de la question qui a certes déjà été remarqué, mais à mon avis insuffisamment examiné : celle de la réactivation de schèmes classiques de la philosophie spéculative de l’histoire à travers les discours au sujet de l’anthropocène. Deux de ses schèmes retiendront particulièrement mon attention : celui de la fin de l’histoire, voire de la fin du monde, et celui du progrès.

ÉVALUATION

1) Participation.............................................................................…………………....10%

2) Travail principal (en deux étapes) (90 %):

                        a) Problématique, hypothèses, bibliographie (15%)

i) présentation orale du travail (10 minutes) lors d’une rencontre individuelle……………………………...................................5%

ii) présentation écrite de 4 pages ………….............................10%

                        b) Travail final (75%)

i) présentation orale de 20 minutes………..............................25%

ii) présentation écrite de 15-30 pages……………..................50%

 

BIBLIOGRAPHIE

•           Afeissa, Hicham Stéphane, La fin du monde et de l’humanité. Essai de généalogie du discours écologique, Paris, PUF, 2014.

•           Binzyk, Ewa, “The Most Unique Discussion of the 21st Century? The Debate on the Anthropocene Pictured in Seven Points”, The Anthropocene Review, 2019, p. 1-16.

•           Bonneuil, Christophe et Jean-Baptiste Fressoz, L’événement Anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, Paris, Seuil, 2016 [2013].

•           Chakrabarty, Dipesh, “The Climate of History: Four Thesis”, Critical Inquiry, vol.  35, n˚ 2, 2009, p. 197-222.

•           Paul J. Crutzen et Eugene F. Stroermer, “The Anthropocene” (2000), dans Lilli Robin, S. Sörling et P. Warde (dirs.), The Future of Nature: Documents of Global Change, New Haven [CT], Yale University Press, 2013, p. 486-490.

•           Crutzen, Paul J. et Will Steffen, “How Long Have We Been in the Anthropocene Era?”, Climatic Change, vol. 61, 2003, p. 251-257.

•           Crutzen, Paul J., “Geology of Mankind: the Anthropocene”, Nature, n° 415, 2002, p. 23. Tr. Fr.: Écologie et politique, n˚ 34, 2007, p. 143-148.

•           Ellis, Erle C., Anthropocene. A Very Short Introduction, Oxford, Oxford University Press, 2018.

•           Federau, Alexander, Pour une philosophie de l’Anthropocène, Paris, PUF, 2017.

•           Hamilton, Clive, Les apprentis-sorciers du climat, Paris, Seuil, 2013.

•           Hamilton, Clive, Christophe Bonneuil et François Gemenne (dirs.), The Anthropocene and the Global Environmental Crisis. Rethinking Modernity in a New Epoch, Londres/New York, Routledge, 2015.

•           Hamilton, Clive, Defiant Earth. The Fate of Humans in the Anthropocene, Cambridge, Polity Press, 2017.

•           Kunas, Jan, “Storytelling: From the Early Anthropocene to the Good or the Bad Anthropocene”, The Anthropocene Review, vol. 4, n˚ 2, 2017, p. 136-150.

•           Northcott, Michael, A Political Theology of Climate Change, Londres, SPCK, 2014.

•           Northcott, Michael, “Eschatology in the Anthropocene. From the Chronos of Deep Time to the Kairos of the Age of Humans”, dans Clive Hamilton, Christophe Bonneuil et François Gemenne (dirs.), The Anthropocene and the Global Environmental Crisis. Rethinking Modernity in a New Epoch, Londres/New York, Routledge, 2015, p. 100-111.

•           Simon, Zoltàn Boldizsàr, “Why the Anthropocene Has No History: Facing the Unprecedented”, The Anthropocene Review, vol. 3, n˚ 3, 2017, p. 239-245.

•           Steffen, Will, Paul J. Crutzen et John. R. McNeill, “The Anthropocene: Are Humans Now Overwhelming the Great Forces of Nature?”, Ambio. A Journal of the Human Environment, vol. 36, n˚ 8, 2007, p. 614-621.

•           Steffen, Will, Grinevald, Jacques, Crutzen, Paul et John R. McNeill, “The Anthropocene: Conceptual and Historical Perspectives”, Philosophical Transactions of the Royal Society, vol.  369, n˚ 1938, 2011, p. 842-867.

•           Steffen, Will, Commentary: Paul J. Crutzen et Eugene F. Stroermer, “The Anthropocene” (2000), dans Lilli Robin, S. Sörling et P. Warde (dirs.), The Future of Nature: Documents of Global Change, New Haven [CT], Yale University Press, 2013, p. 486-490.

•           Steffen, Will, Wendy Broadgate, Lisa Deutsch, Owen Gaffney et Cornelia Ludwig, “The Trajectory of the Anthropocene: The Great Acceleration”, The Anthropocene Review, vol. 2, n˚ 1, 2015, p. 81-98.

•           Steffen, Will, “The Anthropocene: From Global Change to Planetary Stewardship”, Ambio. A Journal of the Human Environment, vol. 40, n˚ 7, 2015, p. 739-761..

Winter 2021

PHI 5333 A: Modern Philosophy I

PHI 5333 A: Modern Philosophy I (3 crédits)

Moral sense theories in the 18th century

Professor: Nigel DeSouza

Day and Time: TBA

 

Course description:
 

In contemporary metaethics, normative ethics, and moral psychology, there has been a general resurgence of interest in the role of the emotions, reflected not only in the veritable rebirth of virtue ethics since Elizabeth Anscombe’s influential 1958 paper, “Modern Moral Philosophy”, but also in the more recent rise of neo-sentimentalism and sensibility theories (D. Wiggins, J. McDowell, J. Prinz, S. Blackburn). The latter movements take inspiration from Aristotle in part, but also from the works of several 18th century Scottish philosophers, including the Third Earl of Shaftesbury, Francis Hutcheson, David Hume, and Adam Smith, who all sought to link the phenomenon of morality to a moral sense in human beings. This moral sense was conceived of by some as an independent faculty, separate from, but analogous to, that of reason. Indeed, common to all moral sense theorists was the rejection of the primary role of reason in morality and the claim that moral distinctions and/or moral knowledge were a matter of emotional responses to experience. Our seminar will explore the emergence and development of moral sense theory in this period through the works of Shaftesbury, Hutcheson, Hume, and Smith.

EVALUATION

Weekly critical summaries of the readings (30%)

Seminar presentation (20%)

Final paper, 5000 words (50%)

BIBLIOGRAPHY

•           Shaftesbury, Characteristics of Men, Manners, Opinions, Times

•           Francis Hutcheson, An Inquiry into the Original of Our Ideas of Beauty and Virtue;

•          An Essay on the Nature and Conduct of the Passions and Affections, with Illustrations of the Moral Sense

•           David Hume, Treatise of Human Nature, Book 3;

•          An Enquiry Concerning the Principles of Morals

•           Adam Smith, The Theory of Moral Sentiments

PHI 5334 A: Anglo-American Philosophy

PHI 5334 A: Anglo-American Philosophy (3 crédits)

Stanley Cavell and Skepticism

Professor: Patrice Philie

Day and Time: TBA

 

Course description:
 

Cavell has a complicated relationship with skepticism.  His discussion of it goes in many directions : it involves skepticism about the external world as well as about other minds and it is intimately connected to his controversial readings of Wittgenstein, Nietzsche, Emerson and Thoreau (amongst others).  It is also intertwined with his study of films in the golden age of Hollywood. The objective of this seminar will be to investigate Cavell’s ‘epistemology’ through his interpretation of these films and philosophers.

EVALUATION

An oral presentation of material discussed in class will count for 20%.  A written review based on the presentation will count for 30%.  A final dissertation, on a topic discussed in advance with the professor, will count for 50%.

BIBLIOGRAPHY

•           Cavell, Stanley. The World Viewed: Reflections on the Ontology of Film (enlarged edition), including new: “Foreword to the Enlarged Edition” and “More of The World Viewed” (Cambridge, MA: Harvard Univ. Press, 1979)

•          Pursuits of Happiness: The Hollywood Comedy of Remarriage (Cambridge, MA: Harvard Univ. Press, 1981)

•          Disowning Knowledge: In Six Plays of Shakespeare (Cambridge: Cambridge Univ. Press, 1987)

•          Conditions Handsome and Unhandsome: The Constitution of Emersonian Perfectionism (Chicago: Univ. of Chicago Press, 1990)

•           Conant, James. Varieties of Skepticism, De Gruyter, 2014

•           Crary, A., et Shieh, S. (Éd). Reading Cavell, Routledge, 2006

•           Norris, Andrew. Becoming Who We Are: Politics and Practical Philosophy in the Work

•           of Stanley Cavell, Oxford 2017..

PHI 5346 A: Social and Political Philosophy I

PHI 5346 A: Social and Political Philosophy I (3 crédits)

Courts and Constitutions: Questions for Contemporary Democracy

Professor: Hilliard Aronovitch

Day and Time: TBA

 

Course description:
 

Increasingly in democracies, major matters are decided not by elected representatives but by courts, especially the Supreme Court, by reference to constitutional principles. Abortion, assisted suicide, freedom of expression, same-sex marriage, the right to secession, and tactics in the "war on terrorism" are merely some well-known current examples. Responses to this tendency are starkly opposite: championing it as the rule of law and principle versus condemning it as the loss of legislative authority and popular accountability. Disputes often center on whether courts should preserve original meanings of constitutional principles or adapt them in fundamental ways. This seminar will explore philosophical theories, moral issues, and numerous cases concerning the "judicialization of politics". Topics will include theories of constitutional interpretation, the nature of rights, the role of judges, and notions of popular sovereignty. Readings consist of cases (Canadian and American) and theoretical articles by contemporary authors such as Ronald Dworkin, Jon Elster, and Jeremy Waldron.

EVALUATION

Commentary 1 on designated reading, 1000 words                                  20%

Commentary 2 on designated reading, 1000 words                                  20%

Project for paper, 10 min. presentation or 500 word submission               10% 

Paper, 4000-5000 words                                                                        50%

BIBLIOGRAPHY

All readings are online, many from the following e-books at library:

•           R. Bauman and T. Kahana, eds. (2006), The Least Examined Branch: The Role of Legislatures in The Constitutional State (Cambridge: Cambridge University Press). Online at Library.

•           D. Dyzenhaus and M. Therborn, eds. (2016), Philosophical Foundations of Constitutional Law (Oxford Scholarship Online). Online at Library.

•           G. Huscroft, ed. (2008). Expounding The Constitution: Essays in Constitutional Theory (Cambridge University Press). Online at Library.

•           Supreme Court of Canada (SCC): http://scc-csc.lexum.com/scc-csc/en/nav.do

•           Supreme Court of U.S. (SCOTUS): https://www.supremecourt.gov/.

PHI 5746 A: Philosophie sociale et politique I

PHI 5746 A: Philosophie sociale et politique I (3 crédits)

Injustice et idéologie ou pourquoi il faut arrêter de se raconter des histoires de mérite individuel Professeur: David Robichaud

Jours et heures: À déterminer

 

Description:
 

Thomas Piketty a démontré dans son dernier ouvrage que les inégalités socioéconomiques se maintiennent grâce à des idéologies qui leur offrent une légitimité. Différentes idéologies, allant des sociétés ternaires jusqu’aux sociétés hypercapitalistes en passant par les sociétés communistes ou colonialistes, ont à leur façon fournit des justifications aux inégalités de statuts et de richesses de différents groupes. Cette thèse trouve une résonnance dans les travaux de Daniel Kahneman qui démontrent que les individus sont plus facilement convaincus par des récits causaux crédibles expliquant des phénomènes sociaux que par des faits bruts fondés en raison. Ce séminaire portera sur les inégalités socioéconomiques, leurs causes et les raisons pour lesquelles nous tolérons des inégalités grandissantes. Le séminaire sera donc divisé en trois parties. La première portera sur les idéologies et leur rôle dans la justification des inégalités socioéconomiques et des inégalités de statuts dont profitent les individus de différents groupes. La seconde partie portera sur les différentes explications des inégalités socioéconomiques et mettre les justifications idéologiques et philosophiques à l’épreuve des plus récentes données sociologiques et économiques. La dernière partie visera à réfléchir sur les outils à notre portée pour intervenir de manière efficace dans le domaine de la justice sociale. Plus précisément, comment mettre la puissance des récits de succès et d’échecs économiques au service de l’égalité de richesses et de la justice.

ÉVALUATION

Voici un aperçu des évaluations qui pourraient être proposées aux étudiants :

1.         Animation d’une séance et présentation orale de l’argument d’un des textes obligatoires. Les étudiants disposeront d’un maximum de 30 minutes pour présenter l’argument d’un texte et le mettre en perspective. (25% de la note finale)

2.         Présentation orale de trois rapides critiques à des textes en lecture obligatoire. Les étudiants disposeront d’un maximum de 5 minutes pour présenter un commentaire critique du texte présenté par un collègue. (3x5%=15% de la note finale)

3.         Présentation de deux synthèses de textes, l’une tirée des lectures obligatoires, l’autre d’un texte pertinent ne faisant pas partie des lectures obligatoires. Les synthèses d’une page à une page et demie seront remises à tout moment par les étudiants. (10% chacune)

4.         Rédaction d’un travail final abordant un des aspects présentés lors du séminaire. Les étudiants seront invités à rédiger un travail de recherche portant sur un thème de leur choix lié au sujet du séminaire. Le travail de recherche d’une vingtaine de pages sera remis à la fin de la session. Les étudiants auront aussi la possibilité de présenter oralement leurs travaux lors d’un colloque qui se tiendra à la fin de la session. (40% de la note finale)

BIBLIOGRAPHIE

•           Thomas Piketty. Capital et idéologie, Seuil, 2019, 1198 p.

•           Thomas Piketty. Le capital au XXIè siècle, Seuil, 2013.

•           Daniel Kahneman. Système 1 / Système 2. Les deux vitesses de la pensée, Flammarion, 2012.

•           Joseph E. Stiglitz. The Price of Inequality, Norton, 2012.

•           Martin Gilens. Why Americans Hate Welfare, University of Chicago Press, 1999.

•           Kenneth Arrow, Samuel Bowles & Steven Durlauf (eds.). Meritocracy and Economic Inequality, Princeton University Press, 2000.

•           Sam Bowles, Herbert Gintis & Melissa Osbourne Groves (eds). Unequal Chances. Family Background and Economic Success, Princeton University Press, 2005.

•           John Rawls. Théorie de la justice, Points, 2009.

•           Robert Nozick. Anarchie, État et Utopie, Quadrige, PUF, 2016 (3è édition).

•           John Tomasi. Free Market Fairness, Princeton University Press, 2012.

PHI 5742 A: Épistémologie et philosophie des sciences I

PHI 5742 A: Épistémologie et philosophie des sciences I (3 crédits)

La phénoménologie de la conscience temporelle

Professeur: David Hyder

Jours et heures: À déterminer

 

Description:
 

Le titre du cours est emprunté à une œuvre centrale de Husserl, ses Vorlesungen zur Phänomenologie des inneren Zeitbewusstseins, donnés à Göttingen en 1905, l’annus mirabilis d’Einstein. A ces conférences s’ajouta une série d’annexes de la période 1905-1910, la même période où Hermann Minkowski, professeur de mathématiques d’Einstein à Zürich, occupait également une chaire à Göttingen. En 1909, son Raum und Zeit mit la cinématique de la Relativité restreinte en forme canonique, « l’espace de Minkowski », plus communément connu comme « l’espace-temps ». Nous savons, d’après des sources récemment découvertes, qu’au cours de cette même période, Helene et Hermann Weyl assistèrent aux conférences de Husserl (Weyl, 1948/2019). L’interaction de ces acteurs aboutit à deux publications révolutionnaires : Raum, Zeit, Materie: Vorlesungen über die allgemeine Relativitätstheorie de Weyl, et Sein und Zeit de Heidegger.

Que les livres sont ainsi interconnectés se révèle dans les premières lignes du texte de Weyl : “Le mystère profond de la conscience temporelle, du développement temporel du monde, du devenir, a été ressenti par l'esprit humain depuis son réveil dans la liberté. C’est là où se trouve l’un des derniers problèmes métaphysiques, que la philosophie a voulu clarifier et résoudre tout le long de son histoire.” (Weyl, 1918, 1) Tous ces auteurs comprenaient que la Critique de la raison pure de Kant est en déjà et en soi une “phénoménologie de la conscience temporelle”, et que sa théorie causale du temps venait d’être radicalement reformulée par (Einstein, 1905 ; cf. Hyder, 2019). Cela signifiait, à son tour, qu’une refonte totale de ce “dernier problème métaphysique” s’imposait. Mais en fait, la refonte n'a jamais eu lieu : 1945 le projet de la phénoménologie du temps était en ruines.

Ce cours abordera la situation actuelle par deux voies : dans la première moitié, nous lirons des sélections des auteurs susmentionnés pour reconstituer précisément la situation en 1920 ; dans la deuxième moitié, nous rouvrirons le dernier problème métaphysique, mettant à jour les théories que nous extrairons dans la première moitié.

 

Évaluation : Présentation (20 %), participation (10 %), document final de 20pages (70 %) qui peut être basé sur la présentation.

 

Lecture:

 

Al-Azm, SJ. Kant's Theory of Time, New York: Philosophical Library, 1967.

Einstein, Albert (1905), Zur Elektrodynamik bewegter Körper. Annalen der Physik, 17 : 891-905.

Heidegger, M. (1928), Sein und Zeit.  Tübingen : Niemayer.

Heidegger, M. Être et temps (trad. Martineau), 1985. https://www.oocities.org/nythamar/etretemps.pdf

Heidegger, M. (trad. W.Biemel, A de Waehlens), Kant et le problème de la métaphysique, Paris, Gallimard, 1981.

Husserl, E. Vorlesungen zur Phänomenologie des inneren Zeitbewusstseins, ed. par M. Heidegger, Tübingen : Niemayer, 1928.

Husserl, E. Leçons pour une phénoménologie de la conscience intime du temps, (trad. Henri Dussort), Paris : PUF, 1994.

Hyder, David. (2019) The Kinematics of the Metaphysical Foundations of Natural Science, Kant-Studien 110(3): 477-497.

Kant, Immanuel. Critique de la raison pure, tr. Alain Renaut, Paris : Flammarion, 2001.

Lechalas, Georges. Étude sur l’espace et le temps. Paris: Alcan, 1895.

Longuenesse, Béatrice. Kant et le pouvoir de juger : sensiblilté et discursivité dans L'Analytique transcendantale de la Critique de la raison pure, Paris : PUF, 1993.

Malament, David. (1977) Causal Theories of Time and the Conventionality of Simultaneity, Noûs 11(3): 293-300.

Mehlberg, H. (1935) Essai sur la théorie causale du temps I. La théorie causale du temps chez ses principaux représentants, Studia Philosophica 1: 119-260.

Weyl, Hermann. 1948/2019. In Memoriam Helene Weyl. tr. by David Hyder, Leo Baeck Institute Yearbook, forthcoming doi.org/10.1093/leobaeck/yby023.

Weyl, Hermann. Raum, Zeit, Materie: Vorlesungen über allgemeine Relativitätstheorie Berlin: Springer, 1918.

Weyl, Hermann. Temps, espace, matière. Leçons sur la théorie de la relativité générale, Blanchard, 1922.

PHI 6501 A: Thèmes et problèmes de philosophie

PHI 6501 A: Thèmes et problèmes de philosophie (3 crédits)

Usages philosophiques de la fiction : scepticisme, heuristique, utopie

Professeur: Mitia Rioux-Beaulne

Jours et heures: À déterminer

 

Description:
 

La philosophie comme savoir a toujours eu à statuer sur le statut ontologique de la fiction – le plus souvent en la considérant comme une modalité du faux, c’est-à-dire du non savoir. Cela a même conduit, est-il vraiment nécessaire de le rappeler?, à son exclusion de la cité. Pourtant, rien n’est si simple : de fait, elle a, même dans des régimes de pensée qui cherchaient à l’exclure, toujours occupé une place dans l’énonciation philosophique. Comment comprendre cela?

Loin de prétendre pouvoir donner à cette question une réponse définitive, ce séminaire voudrait en étudier certaines modalités spécifiques en s’attardant à un moment historique où la fiction a occupé une place singulière dans l’élaboration du discours philosophique : la période moderne (16e-18e siècles). Même pour cette période, nous ne pourrons prétendre en faire une étude exhaustive, si bien que nous nous efforcerons plutôt d’en organiser la matière suivant ce qu’on pourrait appeler une esquisse de typologie en prenant pour point focal la question de la fonction épistémique des fictions. Nous pourrons ainsi étayer l’hypothèse suivant laquelle une même œuvre peut contenir plusieurs régimes de fiction enchevêtrés.

Notre point de départ consistera à observer les modalités fictionnelles qui, le plus radicalement, déportent le discours philosophique vers un pôle sceptique ou réflexif : la fiction est, le plus souvent, dans ces cas, une sorte de manière de mettre en abyme le travail de la philosophie, très souvent sur le mode dialogique ou la fictionnalisation de la figure du philosophe – la satire, le dialogue ou le récit (nouvelle, roman) sont alors des voies privilégiées soit pour contester tout discours prétendant au vrai, ou pour rendre compte des conditions de production de ces discours.

Le deuxième volet explorera les usages heuristiques de la fiction. Ici, plusieurs sous-classes devront être distinguées : l’heuristique comme pédagogie, d’abord, où la fiction est le plus souvent un outil rhétorique servant à « vulgariser » pour un lecteur moins connaissant un savoir constitué (du conte au dialogue, ou au simple usage de métaphore); l’heuristique comme méthodologie, ensuite, où la fiction (expérience de pensée, hypothèse, mise en situation…) devient une sorte de laboratoire où la pensée institue un domaine de l’expérience se substituant à un domaine empirique; l’heuristique comme épistémologie, enfin, où la fiction se voit conférer un statut de vérité encore plus élevé que les faits empiriques (roman philosophique, traités-fiction).

Le dernier volet sera consacré à la mobilisation de la fiction comme outil d’instauration d’une légitimité normative : de la stratégie de postulation d’un état de nature à la projection utopique, la fiction semble alors donner à la philosophie son lieu propre, à savoir celui qui permet de penser à partir de ses propres normes. Ici la fiction apparaît comme une force qui permet à l’esprit de transcender l’immédiateté du donné et par là-même de se donner les moyens de le transformer sans sortir du régime d’immanence.

ÉVALUATION

L’évaluation portera sur quatre types de travaux que les étudiants doivent produire afin de contribuer au progrès du séminaire.

1) Un exposé oral sur un ouvrage de littérature primaire (i.e. un ouvrage de fiction philosophique de la période moderne) pertinent pour le cours           20%

2) Un travail de mi-session, qui prendra la forme d’une bibliographie commentée qui sera partagée avec la classe, de manière à constituer un dossier de recherches dont tous les participants au séminaire pourront tirer profit pour leurs propres travaux. 20%

3) Un travail final d’environ 20 pages, portant sur un aspect de la pensée de l’histoire dans la philosophie moderne.            50%

4) Un très court compte rendu de lecture par semaine servant à préparer la discussion qui aura lieu dans le séminaire.            10%

BIBLIOGRAPHIE

Les ouvrages de philosophie qui recourent à la fiction et les fictions qui ont un caractère philosophiques sont légion dans la période moderne. Nous allons donc étudier certains dispositifs au travers de plusieurs de ces œuvres, en mettant l’accent, sans nous y limiter, sur celles qui sont originalement en français et qui ont été écrites au 18e siècle – l’un des plus féconds à cet égard. La bibliographie qui suit n’est pas exhaustive, et vise surtout à donner un aperçu des œuvres principales qui seront vraisemblablement à l’étude.

•           BOUREAU-DESLANDES. PYGMALION.

•           BOYER D’ARGENS. THÉRÈSE PHILOSOPHE

•           CONDILLAC, ÉTIENNE BONNOT DE. TRAITÉ DES SENSATIONS.

•           CYRANO DE BERGERAC. ÉTATS ET EMPIRES DU SOLEIL.

•          ÉTATS ET EMPIRES DE LA LUNE

•           DESCARTES. DISCOURS DE LA MÉTHODE.

•          MÉDITATIONS MÉTAPHYSIQUES

•​​​​​​​          PRINCIPES DE PHILOSOPHIE

•           DIDEROT, DENIS. LES BIJOUX INDISCRETS

•​​​​​​​          LA PROMENADE DU SCEPTIQUE

•​​​​​​​          LETTRE SUR LES AVEUGLES

•​​​​​​​          ENTRETIENS SUR LE FILS NATUREL

•​​​​​​​          LE RÊVE DE D’ALEMBERT

•​​​​​​​          LE NEVEU DE RAMEAU

•​​​​​​​          JACQUES LE FATALISTE

•​​​​​​​          ENTRETIEN D’UN PÈRE AVEC SES ENFANTS

•           ÉRASME. ÉLOGE DE LA FOLIE.

•           FONTENELLE, BERNARD LE BOUVIER DE. ENTRETIENS SUR LA PLURALITÉ DES MONDES

•          DIALOGUES DES MORTS

•           FORMEY, SAMUEL. LE NEWTONIANISME POUR LES DAMES

•           GOUGES, OLYMPE DE. THÉÂTRE POLITIQUE.

•           GRAFFIGNY, FRANÇOISE DE. LETTRES D’UNE PÉRUVIENNE.

•           MAILLET, BENOÎT DE. TELLIAMED.

•           MARIVAUX, PIERRE DE. L’ÎLE DES ESCLAVES.

•​​​​​​​          LE SPECTATEUR

•​​​​​​​          L’INDIGENT PHILOSOPHE

•​​​​​​​          LE CABINET DU PHILOSOPHE

•           MONTESQUIEU, LOUIS SECONDAT, BARON DE. LETTRES PERSANES.

•​​​​​​​          HISTOIRE VÉRITABLE

•           MORE, THOMAS. UTOPIE.

•           PÉRIERS, BONAVENTURE DES. CYMBALUM MUNDI.

•           ROUSSEAU. ÉMILE OU DE L’ÉDUCATION

•​​​​​​​          ROUSSEAU JUGE DE JEAN-JACQUES

•           VOLTAIRE, FRANÇOIS MARIE AROUET, DIT. CONTES PHILOSOPHIQUES

•​​​​​​​          TRAGÉDIES

•​​​​​​​          LE PHILOSOPHE IGNORANT.

Back to top