Droits universitaires

Comparaison des droits de scolarité de premier cycle*

 

Université d’Ottawa

Université québécoise**

 

 

Étudiant québécois

Étudiant canadien non québécois

Droits de scolarité***

7 096 $/an

3060 $/an

7960 $/an

Bourse d’admission

de 1 000 $ à 4 000 $/an

 

 

Bourse d’accès aux études en français

1 000 $/an

 

 

Bourse d’accès aux études

1 000 $/an

 

 

Bourses d’excellence

de 1 000 $ à 4 000 $/an

 

 

 

 

 

 

Programme coop

Environ 7 600 $/stage (23 400 $ au total)

 

 

Régime travail-études

Environ 11 000 $/an (44 000 $ au total)

 

 

 

*Les chiffres qui figurent dans le tableau correspondent aux droits de scolarité de l’année 2016 ‑2017 comme affiché sur le site des deux institutions

**L’Université du Québec en Outaouais sert d’exemple.

***Session automne et session hiver, frais accessoires inclus
 

Après une comparaison initiale des droits de scolarité de l’Université d’Ottawa et de l’Université du Québec en Outaouais (UQO), deux conclusions s’imposent : pour un étudiant canadien non québécois, il est moins cher d’étudier à l’Université d’Ottawa; pour un étudiant québécois, il est beaucoup moins cher d’étudier à l’UQO. Mais attendez un moment — est‑ce réellement le cas?

La gamme de ressources à portée de main peut faire en sorte que votre facture soit beaucoup plus abordable. À titre d’exemple, prenons le cas de Catherine, qui vient de terminer son cégep avec une moyenne de 85 %. Elle choisit de s’inscrire au baccalauréat en traduction à l’Université d’Ottawa, de l’anglais vers le français, et elle démontre un besoin financier. Acceptée à son programme d’études, elle se voit accorder la Bourse d’admission (2 000 $, selon sa moyenne), la Bourse d’accès aux études en français (1 000 $) et la Bourse d’accès aux études (1 000 $). En bourses seulement, elle a les moyens de payer plus de la moitié de ses droits de scolarité; sa facture se compare à celle d’une université québécoise. Elle se fait accepter au programme coop en deuxième année, et donc en plus de ses bourses renouvelables, elle gagne également un salaire qui aide à payer les coûts jusqu’à la fin de son bac.  

Évidemment, le cas de chacun est différent, mais les ressources sont là pour tous!


Travailler pendant les études, c’est possible!

Vous voulez gagner des sous, tout en acquérant de l’expérience sur le marché du travail? L’Université d’Ottawa vous offre deux possibilités intéressantes : le programme coop et le Régime travail-études (RTE).

Le programme coop s’intègre directement à votre programme d’études en traduction afin de vous permettre d’acquérir de l’expérience concrète (rémunérée!). En traduction, par exemple, les stages ont souvent lieu dans un service de traduction externe. Au cours des quatre ans de votre baccalauréat, vous aurez la possibilité d’accumuler environ 12 mois d’expérience professionnelle par l’entremise de trois stages. Le programme coop vous serait certainement utile pour payer vos études, mais en plus de cela, vous aurez la chance d’établir une base solide sur laquelle vous pourriez bâtir votre carrière.

Le RTE, quant à lui, offre des possibilités d’emplois sur le campus, autant pendant l’année (à temps partiel) que pendant l’été (à temps plein). Plus de 1 700 emplois sont offerts par toute une gamme de services et facultés universitaires et vous permettront non seulement de gagner un salaire (environ 4 000 $ pendant l’année, environ 7 000 $ pendant l’été), mais également d’améliorer votre employabilité. Le RTE cible moins un domaine d’étude spécifique que le programme coop; néanmoins, pour les étudiants en traduction, il existe certaines possibilités d’emploi en traduction! Ça vous tente?

Études supérieures

Les droits universitaires exigés pour les programmes de cycles supérieurs varient.

 

Haut de page